Modern technology gives us many things.

Présidentielle au Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa élu au premier tour

Emmerson Mnangagwa, à la tête du Zimbabwe depuis qu’il a écarté son dirigeant historique Robert Mugabe en novembre dernier, a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle de lundi, un résultat contesté par l’opposition.

Il était plus de minuit lorsque la commission électorale zimbabwéenne a annoncé les derniers résultats, province par province, confirmant qu’Emmerson Mnangagwa avait gagné l’élection présidentielle. L’ancien bras droit de Robert Mugabe « est par conséquent déclaré président élu de la République du Zimbabwe à compter du 3 août », a annoncé la présidente de la commission électorale, Priscilla Chi Gumba en conférence de presse.

L’ancien bras droit de Robert Mugabe, tombé en novembre, a été élu dès le premier tour de la présidentielle, de justesse, avec 50,8% des suffrages contre 44,3% pour l’opposant Nelson Chamisa, a annoncé ce vendredi 3 août la commission électorale.

L’opposition conteste

Emmerson Mnangagwa l’emporte avec une majorité absolue. Il s’est imposé massivement dans les zones rurales notamment mais de si peu que sa victoire va certainement susciter des contestations.

Nelson Chamisa lui l’a emporté dans les zones urbaines de Bulawayo et Harare. L’opposition zimbabwéenne dénonçait déjà jeudi soir de « faux » résultats et annonaçait que l’affaire serait portée en justice. Quelques heures avant l’annonce des premiers résultats de la présidentielle, le candidat du MDC avait, lors d’une conférence de presse, maintenu qu’il avait remporté l’élection et avait de nouveau accusé la commission électorale de « manipuler » les résultats et avoir des preuves de la fraude. « Laissez la commission publier ses résultats, avait déclaré Nelson Chamisa, nous publierons ensuite les nôtres ». Le leader de l’opposition tiendra une conférence de presse ce vendredi.

Emmerson Mnangagwa élu, c’est la consternation dans ce bar de Harare où l’opposition est arrivée largement en tête: un reportage de notre envoyée spéciale, Alexandra Brangeon

Mercredi 1er août des heurts entre des partisans de l’opposition et les forces de police ont fait six morts dans les rues de Harare. Depuis, le centre-ville est quadrillé par les forces de l’ordre et la tension persiste dans la capitale, qui était  étrangement désertée de ses habitants jeudi soir, rapporte notre envoyée spéciale, par crainte de nouvelles violences. Dans l’apprès-midi, 16 personnes avaient été arrêtées lors d’une descente de police au quartier général du MDC.

 

Les commentaires sont fermés.