« Je suis en retard parce que je suis allé m’acheter une montre… » Vladimir Poutine pourrait reprendre à son compte la réplique absurde d’Alain Chabat, dans le film culte des Nuls, La Cité de la peur… Le président russe s’est forgé la solide réputation d’être systématiquement en retard à ses rendez-vous. Il s’en est fait une spécialité lors des rencontres au sommet avec ses homologues.

Quel que soit le chef d’État ou la personnalité qu’il a prévu de rencontrer, il se fait attendre… Son manque de ponctualité s’étend aux dignitaires et aux hauts fonctionnaires. Même les monarques ou le Pape ne peuvent pas forcer le chef du Kremlin à respecter un timing serré. « Avec lui, les réunions prévues ne commencent presque jamais à l’heure », confirment plusieurs chefs de l’État. « Et il fait ça tout le temps… », relève le magazine américain Bloomberg. Des retards systématiques, qui sont notoires.

Pour sa première rencontre avec le pape François, le 25 novembre 2013 au Vatican, Vladimir Poutine a fait attendre le souverain pontife 50 minutes. Par le passé, il avait déjà fait patienter Jean-Paul II un quart d’heure… En 2003, il avait fait la Une des tabloïds anglais qui s’offusquaient qu’il ait osé faire patienter un quart d’heure la reine Elizabeth… Les rois d’Espagne et de Suède, eux, ont attendu encore plus longtemps !

4 heures 15 de retard avec Angela Merkel