Modern technology gives us many things.

Plus de 300 manifestants anti-Poutine arrêtés

Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, et plus de 350 de ses partisans ont été arrêtés samedi lors de manifestations antigouvernementales organisées à travers la Russie, à deux jours de l’investiture de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat présidentiel.

M. Navalny n’avait pas pu se présenter à l’élection présidentielle du 18 mars, remportée par M. Poutine avec plus de 76% des voix, en raison d’une condamnation pénale qu’il estime orchestrée par le Kremlin. A son appel, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans de nombreuses villes du pays aux slogans « la Russie sera libre! » et « A bas le Tsar! ».

Ces rassemblements n’avaient pas été autorisés par les autorités.

350 personnes interpellées
Selon l’organisation OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations, au moins 350 partisans de M. Navalny ont été interpellés par la police au cours de la journée, dont 52 à Moscou et 97 à Tcheliabinsk, dans l’Oural. « Les interpellations ont été menées de manière brutale », a indiqué cette organisation, soulignant que certaines personnes détenues avaient des éraflures et des ecchymoses.

Moscou
A Moscou, la police a fait usage de lacrymogène et employé la force pour tenter de disperser la manifestation à Moscou, tandis que des échauffourées ont eu lieu entre partisans de l’opposition et militants pro-Kremlin, selon des journalistes de l’AFP sur place. Alexeï Navalny a lui même été interpellé peu après son arrivée à la manifestation à Moscou, sous les cris de la foule, qui scandait « Honte! » en ukrainien, en référence à un célèbre slogan du soulèvement pro-européen du Maïdan à Kiev en 2014.

Saint-Pétersbourg
A Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, des milliers de personnes ont défilé sur la Perspective Nevski, la célèbre artère centrale de l’ancienne capitale impériale, aux cris « Poutine, voleur! » et « Poutine, dehors », selon une journaliste de l’AFP sur place. La police a également fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants à Saint-Pétersbourg, selon la même source.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.