Modern technology gives us many things.

Paris…Le nouveau métro dénommé “la ligne de l’Enfer”

“C’est Destination finale”, “La ligne de l’enfer, un dealer à chaque station !” Voilà quelques-unes des réactions lisibles sur les réseaux sociaux en février dernier, lorsque le Premier ministre, Edouard Philippe, a confirmé qu’en 2024 un nouveau métro automatique souterrain relierait en une poignée de minutes Saint-Denis, La Courneuve, Le Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois, Sevran et Clichy-Montfermeil. Six communes parmi les plus pauvres de la région parisienne.

Cette fameuse ligne 16, c’est un des chantiers phares du Grand Paris. Un projet destiné à désenclaver la banlieue nord de la capitale, plus connue pour son chômage endémique et ses faits-divers, souvent liés au trafic de drogue, que pour sa proximité avec la Ville lumière. Reste que les détracteurs de ce chantier pharaonique sont légion. Trop coûteux, pas rentable… Fin 2017, la Cour des comptes tirait à boulets rouges sur les quatre nouvelles lignes et les 68 gares du Grand Paris Express, une promesse de l’ère Sarkozy dont le coût a explosé. Pour la seule ligne 16, l’addition se chiffre aujourd’hui à 4,5 milliards d’euros ! Même si elle doit bénéficier à 800 000 riverains au long de ses 27 kilomètres (terminus prévu, Noisy-le-Grand, en 2030), on n’attend au mieux que 12 000 à 13 000 voyageurs par jour. Bien loin des millions de personnes que transporte chaque jour le métro parisien. Mais, sur place, les habitants attendent les rames comme le messie

 

Les commentaires sont fermés.