Modern technology gives us many things.

Ouganda: Le gouvernement va taxer les utilisateurs de réseaux sociaux

Face aux nombreuses critiques, le gouvernement Ougandais  a imposé de nouvelles taxes sur les plateformes de médias sociaux telles que WhatsApp, Facebook, Twitter, Skype et Viber pour arrêter ce que le président a appelé lugambo (commérages).
Le président vise également les bâtiments commerciaux pour augmenter les revenus du gouvernement de 50 milliards Shs que le fisc recueille auprès des propriétaires chaque année.

Le président a critiqué la «dissimulation» des taxes dans le secteur du logement comme étant «scandaleux» et a demandé au ministère des Finances d’être sérieux.

Les nouvelles propositions fiscales fustigées par les utilisateurs des réseaux sociaux, notamment les défenseurs des droits humains et les leaders de l’opposition, ont été confirmées par le ministre des finances, M. Kasaija, le secrétaire au Trésor, M. Keith Muhakanizi, et des représentants de la Maison d’Etat. .

Les mesures fiscales proposées qui visent à aider le gouvernement de M. Museveni à mobiliser chaque année entre 140 et 400 milliards de shillings des utilisateurs de médias sociaux ont été commandées par le président dans une lettre du 12 mars au ministre des Finances, Matia Kasaija.

Je ne vais pas proposer une taxe sur l’utilisation d’Internet à des fins éducatives, de recherche ou de référence … ceux-ci doivent rester gratuits. Cependant, les blogs sur les médias sociaux (opinions, préjugés, insultes, conversations amicales) et les publicités de Google et je ne sais pas qui d’autre doivent payer des impôts parce que nous avons besoin de ressources pour faire face aux conséquences de leur commérages.

Plan

Le président n’a cependant pas expliqué comment les commérages vont affecter la mobilisation des ressources.
Et sur la question des plates-formes dites «over-the-top» (OTT) telles que WhatsApp, Skype, Viber, Twitter, etc., M. Museveni a écrit: «Si nous devions introduire une petite redevance de 100 Shs par jour à partir de cartes SIM utilisées par ces OTT, ils généreraient environ 400 milliards de shillings supplémentaires de revenus. « 

Il a expliqué en outre que cette estimation est basée sur les minutes utilisées par les Ougandais pour OTT et que cela n’inclut pas les appels et les données non déclarés par les compagnies de téléphonie.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.