Modern technology gives us many things.

Nigéria/Usines à bébé : des voix s’élèvent et condamnent

bébés 2Les journalistes nigérianes ont fait part de leur opposition à l’existence des ‘’usines à bébés’’ ainsi que les fausses adoptions, des pratiques en cours dans leur pays et contre lesquelles le gouvernement fédéral rencontre des difficultés pour en venir à bout.


Au cours d’une rencontre à Lagos, l’Association des femmes journalistes du Nigeria (NAWOJ) a fait observer que le désespoir des couples sans enfants favorise le phénomène du trafic d’enfants qui se répand à un rythme inquiétant dans le pays.

Selon des membres de la NAWOJ, il est du ressort du gouvernement fédéral de prendre à bras le corps le désespoir de femmes sans enfants.

Une journaliste du nom de Patience Oko s’est insurgée contre les femmes qui s’adonnent à la vente ou à l’achat d’enfants, pour cause de cupidité ou de peur de la stigmatisation qui frappe les femmes sans enfants.

‘’Le trafic d’enfant est plein essor dans le pays à cause des fausses garderies d’enfants qui pullulent un peu partout et je préconise des sanctions fortes contre les propriétaires de ces fausses maternelles », a-t-elle martelé.

Selon Grace Alegba de Voice of Nigeria (la Voix du Nigeria), le phénomène gagne du terrain dans le pays à cause du nombre croissant de couples sans enfants, prêts à tout pour avoir un bébé.

Elle a insisté sur le rôle de sensibilisation que les medias devraient jouer en vue lutter contre le phénomène, notamment en combattant la stigmatisation dont les femmes sans enfants sont les cibles.

Le débat a été déclenché par la découverte le mois dernier d »’usine à bébés », des lieux où les couples sans enfants sans rendent pour acheter des nourrissons.

Les commentaires sont fermés.