Modern technology gives us many things.

Nelson Mandela: Entre sa fille et son petit-fils, la bataille pour l’héritage fait rage

mandela fille petit fils 1La guerre est ouverte entre Mandla et Makaziwe Mandela, respectivement petit-fils et fille aînée de l’ancien président hospitalisé depuis le 8 juin dernier dans un état toujours “critique mais stable”. “Maki” a porté plainte contre Mandla pour exiger le retour des corps de trois enfants de “Madiba” dans le village d’enfance de son père. “L’âme de Mandela n’est pas en paix. Les ancêtres ne seront apaisés que quand les restes de la famille Mandela seront à nouveaux enterrés à Qunu”, a lancé ce dimanche dans le Sunday Times un chef traditionnel de la région d’origine de l’ancien président sud-africain. Une déclaration qui fait écho à la bataille judiciaire engagée depuis vendredi au sein de la famille Mandela autour des restes de trois enfants de “Madiba” (Thembekile, Makaziwe et Magkhato). Des corps que Mandla Mandela a discrètement déplacés en 2011 de Qunu, le village d’enfance de son grand-père, à Mvezo, le lieu de naissance de l’ancien président. Seize membres de la famille ont décidé de porter plainte pour faire rapatrier les corps. D’après la presse locale, le juge aurait tranché en faveur de ces derniers. Makaziwe Mandela, Maki la “Umafungwashe” C’est elle qui est à la manœuvre dans la bataille judiciaire contre Mandla Mandela. L’avocat de la famille dit “avoir reçu ses instructions pour porter plainte” au nom du respect de la volonté de Nelson Mandela de reposer aux côtés de ses enfants à Qunu. En tant que fille aînée de Nelson Mandela, elle est Umafiungwashe (“celle par qui nous jurons”). En clair : “Les décisions de famille passent par elle”, affirme “un proche des Mandela” au quotidien City Press. Alors que la communication autour de l’état de santé de Nelson Mandela était censée être contrôlée par la présidence sud-africaine, Makaziwe a multiplié les interviews ces derniers jours. Jeudi dernier, elle a affirmé sur la radio publique SAFM que son père “était dans un état critique et tout peut arriver d’un instant à l’autre”. Le lendemain, dans un entretien à la radio-télévision SABC, elle affirme que les médias internationaux “se comportent comme des vautours”. Economiste, anthropologue et businesswoman (elle a lancé la marque d’alcool “House of Mandela”), Makaziwe dirige également la Fondation Nelson Mandela. En mai dernier, elle s’était alliée à sa sœur Zenani Mandela-Dlamini pour exclure des proches de “Madiba” de la direction deux fonds d’investissements liés au nom du père de la nation arc-en-ciel. L’enjeu ? Avoir le contrôle d’une manne de 1,3 million de dollars. Mandla Mandela, l’héritier contesté Dans la bataille judiciaire qui l’oppose à “Maki”, Mandla Mandela se présente comme le garant des valeurs de son grand-père. “La façon dont nous sommes en train de gérer cette affaire est contraire à nos coutumes et représente une grande deception pour mon grand-père et ses ancêtres”, a lancé Mandla ce dimanche dans un communiqué. C’est d’ailleurs au nom des ancêtres qu’il veut conserver les corps à Mvezo, où il compte créer un memorial. Si Makaziwe arrive toujours accompagnée lors de ses visites à la Mediclinic de Pretoria, Mandla est souvent seul. À 38 ans, il est officiellement le chef traditonnel du village de Mvezo et député de l’ANC, le parti au pouvoir, depuis 2009. Une carrière politique que l’ancien président sud-africain lui a soufflée : “La meilleure manière de travailler plus largement avec la société et de répondre aux défis auxquels les Sud-Africains sont confrontés dans l’Afrique du Sud rurale”. Mais l’héritage semble lourd à porter pour Mandla. Ce n’est “pas du tout” simple d’être le petit-fils d'”une icône mondiale”, avoue-t-il. Il s’est d’ailleurs plus souvent fait remarquer pour des scandales conjugaux que pour son talent de politique. Il aurait voulu être DJ. “N’importe quoi, jamais un Mandela ne fera une chose pareille”, lui a rétorqué l’ancien président sud-africain.

Les commentaires sont fermés.