Flemish Minister of Mobility, Public Works, Flemish municipalities around Brussels, Animal Welfare Ben Weyts pictured during a plenary session of the Flemish Parliament in Brussels, Wednesday 14 June 2017. BELGA PHOTO JASPER JACOBS

Le ministre flamand du Tourisme Ben Weyts s’est fendu d’une lettre à la Commission européenne pour défendre le tubercule préféré des Belges. M. Weyts estime en effet que l’Union Européenne met en danger la culture de la frite  – et sa fameuse double cuisson nationale – en voulant bannir la présence de l’acrylamide dans la chaîne alimentaire.

L’acrylamide est une substance chimique potentiellement cancérigène qui se forme dans les aliments riches en amidon (comme la pomme de terre) lorsqu’ils sont cuits à haute température, et donc lors de la friture à l’huile.  Le risque serait en outre encore plus élevé lorsqu’on cuit des frites « à la belge », lorsqu’on les plonge deux fois dans l’huile bouillante. Selon l’OMS et l’UE, l’acrylamide serait particulièrement dangereux pour les plus jeunes même si, comme le relève la RTBF, les études sur le sujet ne sont pas encore assez nombreuses, ni toutes concluantes.

Pour éviter l’apparition de cette substance, les instances européennes pourraient néanmoins recommander dans un proche avenir de blanchir la pomme de terre avant de la jeter dans la friteuse, ce qui signifierait la fin du mode de cuisson à la belge…

Interdire la double cuisson serait un « crime »
Dans les colonnes du journal De Zondag, Ben Weyts, ministre N-VA du Tourisme, indique avoir écrit une lettre au commissaire européen chargé de la Sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis, lui expliquant que même s’il soutient « pleinement le combat pour la santé », il appelle l’UE « à procéder avec prudence et ne pas prendre de mesures qui auraient des conséquences considérables et imprévues sur notre riche patrimoine gastronomique ».

« Nos frites doivent leur saveur au savoir-faire de nos frituristes (…) Je comprends que l’on puisse avoir hors de notre pays une autre culture, avec précuisson, blanchiment ou frites surgelées, mais il y va de notre tradition culinaire », écrit-il.

Pour le ministre flamand, interdire la double cuisson serait ainsi un « crime ».

Ben Weyts, un « agitateur eurosceptique »
Si l’UE n’a pas encore officiellement réagi, l’eurodéputé Bart Staes s’est montré très remonté contre la sortie du nationaliste, qualifiant ce dernier d' »agitateur eurosceptique et non de décideur politique ». « Que Ben Weyts, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, empoisonne un débat avec un argument et met en danger la lutte contre le cancer de façon polémique, est inacceptable », dit-il.

« Chaque semaine au Royaume-Uni, ce genre de demi-vérités et mensonges est développée dans les journaux du dimanche et les tabloïds. Et c’est ce type d’articles qui a conduit au vote pour le Brexit », lance l’Ecolo qui n’y voit qu’un « bashing anti-Europe dans la plus pure tradition rabique eurosceptique ».

« Un appel aux citoyens »
A l’agence Belga, Ben Weyts a répondu qu’il ne se sentait pas touché par les critiques de l’eurodéputé. Il réfute également vouloir se faire de la publicité sur le dos de la Commission. « Je lance juste un appel aux citoyens pour qu’ils fassent entendre leur voix lors de la consultation publique actuellement en cours », précise-t-il, acceptant par ailleurs la préoccupation des autorités sur les dangers de l’acrylamide.

7sur7.be

PARTAGER