epa06320775 Some of the 20 migrants arriving in port in Almeria, southern Spain, 10 November 2017. Maritime Rescue Services rescued a boat carrying refugees some 38 miles off Almeria coast. EPA/Carlos Barba

« Ce n’est pas l’action de l’Union européenne qui a créé un système inhumain en Libye, bien au contraire nous travaillons dans ce pays pour remédier aux problèmes et arriver à des résultats dans un environnement extrêmement difficile », a déclaré mercredi la porte-parole du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), Catherine Ray, au lendemain de critiques du haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein.

Ce dernier a vivement dénoncé mardi la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, jugeant « inhumaine » la coopération de l’Union européenne (UE) avec cet Etat. Le haut-commissaire a en particulier critiqué l’aide fournie par l’UE et l’Italie aux gardes-côtes libyens pour arrêter les migrants en mer, « malgré les inquiétudes exprimées par les groupes de défense des droits de l’homme » sur le sort des migrants.

« Dès le début de la crise, nous avons été engagés aux côtés de l’ONU. (…) Notre priorité sera toujours de protéger des vies humaines et faire en sorte qu’un traitement humain et digne soit accordé à tout un chacun », a affirmé la porte-parole du SEAE.

« Cette politique se poursuivra »
Elle a ensuite souligné que l’UE n’avait pas l’intention de mettre un terme à son programme de soutien et de formation des gardes-côtes libyens. « Cette politique se poursuivra car elle permet de sauver des milliers de vies dans les eaux libyennes », a-t-elle ajouté.

Le pays d’Afrique du Nord, principal point de départ des migrants vers l’Europe, est plongé dans le chaos depuis la révolte populaire qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités s’y disputent le pouvoir: d’un côté le GNA basé à Tripoli et, de l’autre, un parlement élu et un gouvernement parallèle qui exercent leur pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

Cette instabilité politique a rendu la situation des migrants encore plus précaire. Le haut-commissaire de l’ONU a estimé mardi que « la souffrance des migrants détenus en Libye était un outrage à la conscience de l’humanité ».

7sur7.be

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here