Modern technology gives us many things.

Migrants africains en Libye: TOUS COUPABLES, TOUS COMPLICES

Je suis émerveillé par l’effervescence que vient de susciter un reportage de la chaîne CNN, levant ainsi le voile sur la nature et l’ampleur d’un trafic ignominieux d’Êtres humains en Lybie. Il se trouve en effet que des ressortissants Subsahariens sont réduits en esclavage, enfermés dans des cages et vendus sur la place publique comme du bétail.
En laissant de côté les réactions épidermiques, je ne peux cependant m’empêcher de me poser des questions de fond face à ce regain d’intérêt subite et la vague d’indignation suscitée par la diffusion de ce document exclusif d’une chaîne de télévision américaine. Un reportage, osons le dire, aux relents d’hypocrisie journalistique.
Ce n’est un secret pour personne que ce genre de trafic existe depuis deux décennies dans les abords de la méditerranée et dans les no-man’s-lands, aux pieds de la forteresse européenne. Les images insoutenables de cette nouvelle traite négrière circulent depuis autant d’années, sans que personne ne s’en émeuve. Encore faudrait-il qu’on veuille les voir ! Alors pourquoi ce retournement de situation ? Pourquoi ce réveil d’humanisme spectaculaire ?
Je soupçonne et cela n’engage que moi, que ce reportage soit le moyen le plus cynique de préparer l’opinion publique internationale à un événement imminent. Le même scénario, lorsque toutes les chaînes du Monde reprenaient et diffusaient en boucle l’image instrumentalisée du corps sans vie d’un petit garçon Syrien décédé par noyade lors de la traversée avec ses parents fuyant la guerre. Ce cliché avait ému l’humanité toute entière, mais en réalité les commanditaires n’avaient cure de cette petite vie innocente sacrifiée sur l’autel des joutes hégémoniques. Cet enfant était utilisé indécemment comme un symbole médiatique face à la grogne que suscitait l’afflux de réfugiés Syriens sur le territoire européen. Une mise en scène qui a permis par conséquent de faire avaler la pilule aux plus virulents opposants de l’intervention de l’OTAN en Syrie.
Ceci étant, je vais me risquer à une analyse de la situation défiant l’idée généralement admise de la majorité de mes frères et sœurs africains et afro-descendants.

Une sacrée coïncidence !

L’OTAN qui vient d’essuyer une cuisante défaite dans sa guerre souterraine contre la coalition composée de la Russie, de la Syrie, de l’Iran et du Hezbollah libanais, est aussi fortement affaiblie sur le Front Lybien. Craignant ainsi de perdre sa mainmise sur les puits de pétrole de la partie du territoire Lybien (Benghazi) qu’elle contrôle depuis la Chute de Kadhafi, l’alliance transatlantique est entrain de revoir sa stratégie. Mais comment ?
Avec la débandade en Syrie et en Irak, le devenir de milliers de mercenaires super-entrainés à l’art de la guerre et lourdement armés s’avère très incertain. Imprévisibles, ces combattants aguerris sont désormais dispersés dans la nature et livrés à eux-mêmes. Beaucoup d’entre eux sont susceptibles de regagner la Lybie et gonfler les rangs des djihadistes déjà positionnés sur une grande partie du territoire. Une vraie menace pour les intérêts occidentaux ! Il faut donc agir vite. Très vite ! Mais les USA,la Grande-Bretagne et surtout la France, déjà très critiqués pour leurs responsabilités sur la situation actuelle de la Libye et la propagation du terrorisme dans tout le Sahel, auront beaucoup de mal à convaincre de la nécessité d’une nouvelle intervention qui de toutes façons est inéluctable afin de rétablir l’État de droit dans ce pays. Les USA et leurs alliés Européens savent pertinemment que toute nouvelle résolution soumise au conseil de sécurité de l’ONU sera systématiquement bloquée par la Russie et la Chine. Il faut donc jouer avec la ruse. Une stratégie que seuls les Africains semblent ne pas voir venir. Celle-ci consiste à créer une force d’intervention onusienne qui sera composée exclusivement de pays africains. Pour arriver à cette fin, il faut trouver un moyen de culpabiliser l’Afrique toute entière, pousser les populations Africaines à se révolter contre leurs dirigeants et de leur mettre la pression pour s’impliquer et prendre position en faveur d’une intervention en Libye. Voilà la mission exclusive assignée à CNN. Cette chaîne n’a pas été choisie par hasard pour dire ce que tout le monde savait déjà. Réveillez-vous chers dirigeants Africains !
La traite des êtres humains aux abords de la méditerranée n’est pas un phénomène nouveau. Cela fait deux décennies que les “migrantologues”, toutes disciplines confondues, tirent sur la sonnette d’alarme. Personne n’a voulu entendre ces coups de semonce retentissants!
Après une série d’échecs de toutes les politiques mises en œuvre pour juguler les flux migratoires, l’Union Européenne se réfugie désormais dans le mutisme. Elle a érigé le «laisser-mourir» comme nouvelle stratégie et ferme les yeux sur l’horreur afin de dissuader tous les nouveaux candidats qui seront tentés de fouler clandestinement le sol européen.
J’en appelle à l’honnêteté intellectuelle de tout individu qui se sent aujourd’hui concerné et indigné par cette situation qui est loin d’être inédite, en vue d’une introspection plus qu’opportune. Car j’estime que chacun d’entre nous est coupable. Oui nous sommes tous COUPABLE!
Sinon qu’avons-nous fait pour empêcher ce qui se passe en ce moment sous nos yeux?
Chacun est coupable à son niveau par son indifférence, par son égoïsme, par sa lâcheté, par son inconscience, par son fatalisme, par son fanatisme, et j’en passe.
Au-delà de ce qui se passe aujourd’hui en Libye, c’est toutes l’Afrique qui est réduite en esclave. Le continent le plus riche et le plus prometteur de la planète est pris en otage, sa population bâillonnée, l’avenir de sa jeunesse hypothéqué, ses ressources pillées à outrance…

Furieux, j’accuse, je récuse et j’assume !

J’indexe le journaliste de laboratoire, sans éthique professionnelle, à la solde des grandes firmes multinationales qui démantèlent les États-nations, déciment les populations autochtones pour mieux piller leurs ressources avec la complicité assassine de puissances militaires extérieures prétextant fallacieusement rétablir une pseudo-démocratie.
J’indexe le chercheur complaisant en quête de renommée internationale qui coure après les contrats juteux des organisations internationales. De colloques en symposiums il passe son temps à pondre des concepts hermétiques pour les profanes et non-initiés, il sacrifie son objectivité pour un pécule. Au final, il ne dira aux commanditaires que tout ce qu’ils aiment entendre pour légitimer leurs funestes desseins.
J’indexe le chef d’État africain parachuté, je dirais bien, à son poste de gouverneur de colonie par une puissances étrangère parfois au prix d’un terrible génocide. Dépourvu d’une vision politique en faveur de son peuple, il se soucie plus de son statut et de son image de bon élève de «la communauté internationale» du FMI, de la BM et autres institutions pro-impérialistes, plutôt que du bien-être de son peuple. Celui-ci passe son temps à glaner des titres de docteur honoris causa au sein des prestigieuses universités du Monde pour flatter son ego démesuré.
J’indexe cette minorité de pays nombrilistes qui s’arrogent les titres farfelus de «communauté internationale» et de «grandes démocraties» s’appuyant ainsi sur leurs puissances économiques et militaires pour confisquer le droit et la liberté des peuples à s’autodéterminer et à choisir leur propres destinées.
J’indexe les institutions internationales qui sont instrumentalisées par une poignée de pays industrialisés pour maintenir l’Afrique dans la dépendance, en étranglant les économies des États à travers les mécanismes de la dette larvée, en leur imposant des plans d’ajustements structurels qui en réalité les empêchent de dérouler librement des politiques adaptées et propices à leur développement socio-économique.
J’indexe ces juntes militaires, ces hordes d’individus décérébrés armées et utilisées comme hommes de main par des puissances étrangères pour installer un régime qui leur est favorable, quitte à marcher sur un tapis de cadavres et de patauger dans des mares de sang pour arriver à cette fin.
J’indexe tous ces chefs religieux qui usent de l’obscurantisme idéologique pour asseoir leur pouvoir et leur emprise psychologique sur leurs fervents disciples. Prétendant être dépositaires de pouvoirs divins, ils encouragent les candidats à l’aventure migratoire en les gratifiant de leurs bénédictions, en contrepartie d’une dîme qu’ils espèrent tirer d’un séjour incertain en Europe, s’ils y arrivent vivants bien sûr !
Je t’indexe toi qui me lis, qui au tréfonds de toi partage mes idées, mais tu as peur de t’exprimer ouvertement et risquer de te faire des ennemis dans ton lieu d’études ou de travail, dans ta belle-famille ou dans ton cercle d’amis intimes. Toi qui as peur de t’exprimer pour ne pas perdre un quelconque avantage que tu ne mérites même pas mais qui t’a été accordé par complaisance politicienne ou par népotisme. Toi qui as peur de t’exprimer pour donner bonne impression et être bien vu, tu es coupable !

Dany Dione pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.