Modern technology gives us many things.

“Je me suis évadé d’Alcatraz en 1962 et je suis toujours en vie”

Une lettre reçue par la police de San Francisco en 2013 vient d’être dévoilée. Elle relance la théorie qui veut que les prisonniers d’Alcatraz qui ont réussi à s’évader en 1962 aient survécu.

Frank Morris et les frères Clarence et John Anglin se sont échappés de la terrible prison d’Alcatraz en 1962. Tout le monde a cru qu’ils étaient morts noyés en tentant de quitter la prison insulaire la plus impénétrable du monde: les eaux de la baie de San Francisco sont glaciales.

La lettre qui relance les débats
Une lettre manuscrite reçue en 2013 par la police et obtenue par CBS aujourd’hui révèle que les trois prisonniers ne sont pas décédés lors de leur évasion. “Je m’appelle John Anglin”, commence le courrier. “Je me suis échappé d’Alcatraz en juin 1962 avec mon frère Clarence et Frank Morris. J’ai 83 ans et je suis en mauvaise posture. J’ai un cancer.”

Selon le supposé ex-prisonnier, Frank Morris serait mort en 2008 et Clarence Anglin en 2011. “Si vous annoncez publiquement à la TV que j’irai en prison pour moins d’un an et que j’aurai droit à des soins de santé, je vous écrirai pour vous dire où je suis exactement. Ce n’est pas une blague.”

Selon le Washington Post, la lettre a été soumise à l’examen du FBI. Les autorités en sont arrivées à la conclusion que ce n’est pas John Anglin qui a écrit le courrier.

On sait que les détenus ont préparé leur évasion pendant six mois. Ils ont utilisé des matériaux trouvés et volés (comme un moteur d’aspirateur cassé) pour fabriquer une foreuse improvisée. Ils ont percé des trous minuscules autour des bouches d’aération de leurs cellules. Ils ont fait un trou assez grand pour s’y faufiler.

Via leurs cellules, ils accédaient à un couloir vide. C’est là qu’ils ont transformé plusieurs dizaines d’imperméables volés en gilets de sauvetage et en radeau. Ils ont aussi construit des pagaies en bois.

Volatilisés la nuit du 11 juin 1962
La nuit du 11 au 12 juin 1962, Morris et les frères Anglin ont pris la poudre d’escampette. Ils ont réussi à faire croire aux gardiens de nuit qu’ils dormaient dans leur lit en y glissant des mannequins. On ne les a jamais revus.

En 2012, lors du 50e anniversaire de leur évasion, les autorités annonçaient qu’aucune preuve tangible ne suggérait que les trois hommes étaient encore vivants mais que les recherches continueraient tant qu’on n’avait pas la certitude de leurs morts. Les proches de John et Clarence Anglin croient, eux, fermement qu’ils ont survécu à leur évasion.

En 2013, quatre membres de la famille disaient au San Francisco Chronicle qu’ils pouvaient fournir des preuves de ce qu’ils avançaient. “S’ils n’étaient pas vivants, pourquoi le gouvernement les cherche-t-il encore?”, interrogeait alors un neveu, Dave Widner.

© reuters.

Les commentaires sont fermés.