Modern technology gives us many things.

Mauritaniens noirs spoliés de leurs terres…Abdoul Birane lance un

Le devoir de résistances des Mauritaniens noirs

Après la spoliation des terres du Walo dès 1989 puis celles de Dar El Barka et Dar El Avia, les terres de Boghé et environs longtemps dans le collimateur de l’Etat raciste maure sont sur le point d’être redistribuées sans le consentement des autochtones. Il est clair que le système beydane  reste dans sa logique de  renforcer les  colonies maures et haratins dans la vallée. Cette stratégie est destinée à chasser progressivement les autochtones que nous sommes de nos terres, terres que nos vaillants ancêtres ont pu pendant des siècles préserver au prix du sang .
Aujourd’hui, l’heure est grave. Après la négation de notre citoyenneté, le système d’Apartheid veut nous confisquer ce qui qui symbolise encore notre appartenance à ces terres avant même l’existence de l’Etat Mauritanien. Ces terres sont les nôtres, et à nous seuls depuis le pouvoir des satigui , des Almamy et même bien avant l’arrivée des arabes dans le Sahara Mauritanien au XV es.
Nous sommes à un tournant décisif de notre existence, c’est le moment de se ressaisir ou disparaitre à jamais. La discrimination croissante imposée par le système beydan nous a amenés à nous prononcer pour la sécession du SUD de la Mauritanie, position restée pourtant incomprise. La situation  qui s’impose doit nous interpeler et nous faire comprendre que le choix de la séparation est une évidence si nous voulons exister.
Face à cette menace grandissante, nous appelons notre peuple à résister par tous les moyens. Pour la dignité et la liberté de notre peuple, nos ancêtres à leur tête ceerno suleymaan Baal ont mis fin à la domination maure en menant héroïquement une guerre qui restera à jamais gravée dans notre mémoire collective . Nous devons reprendre ce flambeau qui ne doit jamais s’éteindre. Nous sommes dans une situation où le système beydan ne nous laisse aucun choix, il veut nous faire disparaitre, donc, à partir de ce moment nous considérons que tous les moyens sont légaux pour dire non à cette épuration ethnique planifiée.
Nous demandons à ceux qui veulent  encore servir notre patrie de s’organiser pour mettre en échec cette politique de spoliation en utilisant tous les moyens possibles, désormais, nous devons répondre à la violence du système raciste par la violence, et sont considérés comme nos ennemis : le gouvernement du système, l’administration locale ( préfets, gouverneurs et juges) et ceux de notre communauté qui ont accepté d’être membres de la commission chargée de nous déposséder de nos terres.
La résistance s’organisera dans le SUD. la stabilité de la Mauritanie  dépendra de ‘attitude du système raciste à l’égard des populations du SUD.

Abdoul Birane Wane

Les commentaires sont fermés.