Modern technology gives us many things.

Manuel Valls déféré devant la commission des conflits du PS

Alors que Manuel Valls a annoncé être “candidat de la majorité présidentielle” pour les législatives de juin et souhaiter faire part de La République en marche, celui-ci enchaîne les revers. Aujourd’hui, le PS a annoncé entamer les procédures d’exclusion de l’ancien Premier ministre.

Manuel Valls a franchi la ligne en rouge en déclarant hier que “le Parti Socialiste est mort” et qu’il serait candidat de la majorité présidentielle en juin. Des propos affirmés sur les ondes de RTL mais qui ont aussitôt été nuancés, et c’est un euphémisme, par le porte-parole d’Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux: “Il aurait du déposer sa candidature comme chacun car la règle est la même pour tous. Si vous ne déposez pas votre candidature, vous ne pouvez pas être investi par En Marche! Il lui reste 24 heures.”

Le président de la commission d’investitures de la République en marche a tranché: “A ce jour, il n’est pas dans les critères d’acceptation de sa demande d’investiture”, a déclaré M. Delevoye sur Europe 1.

Exclusion
Un accueil très frileux, mais moins amer que la réaction du Parti Socialiste, lequel a déclaré hier qu’il serait impossible pour Manuel Valls d’à la fois disposer de sa carte d’adhérent du PS et de faire partie de la République en marche. Jean-Christophe Cambadélis a enfoncé le clou aujourd’hui en  annonçant en matinée entamer une procédure d’exclusion à l’encontre de l’ancien Premier ministre. “Une procédure est en cours. Manuel Valls est déféré devant la commission des conflits du PS”. “Au Parti socialiste, ce n’est pas comme au Front national, En Marche! ou La France insoumise: ce n’est pas le chef qui décide d’exclure, il y a des procédures”.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.