Modern technology gives us many things.

« Tous ensemble, on peut devenir le pire cauchemar » de Macron

George, cheminot, Gaëlle, étudiante et Olivier, urgentiste, témoignent des raisons pour lesquelles ils ont décidé de participer à la manifestation parisienne du 1er mai. Reportage.

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler en direction de la place d’Italie à l’appel de la CGT, Solidaires, la FSU et des fédérations franciliennes de FO. Les syndicats étudiant Unef et lycéen UNL étaient aussi présents en tête de cortège.

« Un premier mai revendicatif, combatif; contre la remise en cause des acquis sociaux, la sélection à l’université; pour le progrès social, la paix, la solidarité internationale », proclamait la banderole de tête.

Dans le cortège, George, 50 ans cheminot, a estimé auprès de « l’Obs », qu’il était important de défiler le 1er mai pour dénoncer la réforme ferroviaire, « un projet néfaste pour les cheminots mais aussi pour les citoyens. » « On va tenir bon, c’est notre ultime combat », a-t-il poursuivi. « On n’est pas là pour être populaire, on est là pour défendre notre statut, notre métier et le service public ».

Gaëlle, 21, étudiante, regrette que les étudiants d’aujourd’hui soient « moins dégourdis » qu’en mai 68 mais se réjouit de voir de nombreux étudiants s’investir en politique. « On demande pas grand chose, seulement qu’on nous écoute. Ils [les responsables politiques, ndlr] ne réalisent pas, ils sont dans leur Assemblée. Macron n’écoute pas le peuple », dit-elle.

Olivier, 50 ans, urgenstiste, était aussi place de la Bastille en début d’après-midi. « Le temps est à la manifestation, à l’opposition au projet du gouvernement. Le 1er mai est l’occasion de défiler avec les autres secteurs […] C’est une

forme d’expression qu’il [Emmanuel Macron] va entendre, et qu’il va entendre de plus en plus fort. Les hospitaliers comme les cheminots, comme les postiers sont en train d’entrer dans la bagarre. Il y en a assez de voir la dégradation de nos conditions de travail, la dégradation de la prise en charge des patients, la baisse de la qualité et de la sécurité dans les soins. On a décidé de briser l’omerta », dit-il à « L’Obs » prévoyant de participer à la manifestation du 3 mai et à celle du 15 mai.

« Ce n’est qu’un début, et on va continuer le combat. Tous ensemble, cheminots, hospitaliers… on peut devenir son [à Emmanuel Macron] son pire cauchemar ».

Côté syndical, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a regretté que FO et la CFDT aient boudé l’appel de sa confédération. « J’en suis désolé, je ne comprends pas, alors qu’il y a beaucoup de luttes unitaires dans tout le pays, qu’au niveau des confédérations on n’arrive pas à mettre de côté nos différences pour travailler ce qui nous rassemble », a-t-il dit devant la presse avant le départ.

Pour Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, « ce qui est important c’est qu’à partir de toutes ces luttes qui existent, (…) pendant tout le mois de mai on construise de plus en plus fortement une mobilisation qu’on souhaite la plus large et la plus forte possible ». Bernadette Groison (FSU) a regretté elle aussi cette « tradition française » de division syndicale.

L’obs

Les commentaires sont fermés.