Modern technology gives us many things.

Une lycéenne rescapée adresse un poème au vitriol à Trump

Après la lycéenne Emma Gonzalez et son discours plein d’émotions qui fait le tour de la planète depuis samedi, c’est une autre rescapée de la fusillade au lycée de Parkland qui a fustigé l’attitude de Donald Trump après le drame. Aly Sheehy lui a adressé un poème au vitriol, a repéré le Huffington Post.

“Cher M. Le Président, Je vous invite à écouter ce que mon école a à vous dire. Merci de le prendre avec considération”, a lancé sur Twitter Aly Sheehy sous un poème où elle dénonce l’inaction du président américain alors que le débat sur les armes est ravivé depuis cette nouvelle fusillade, l’une des plus graves depuis 30 ans. “Mes amis sont morts, ils ont quitté nos vies. Et pourtant vous êtes assis là, à vous tourner les pouces. Mes amis sont morts, la vie a quitté leurs yeux, Et pourtant vous êtes assis là, à parler de tout sauf des armes.”, écrit notamment l’adolescente.

Lors d’une courte allocution sur la fusillade jeudi, le président américain n’a en effet à aucun moment prononcé les mots “arme à feu”, promettant en revanche de s’attaquer au “difficile problème des maladies mentales”. Le locataire de la Maison Blanche reprenait ainsi une rhétorique qu’il avait déjà utilisée en qualifiant dans l’un de ses tweets matinaux le tireur de “déséquilibré mental”.

Pour rappel, Nikolas Cruz, 19 ans, un ancien élève du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland a ouvert le feu au semi-automatique mercredi dans les couloirs de cet établissement situé au nord de Miami, faisant 17 morts, la plupart des adolescents. Le jeune homme avait obtenu l’autorisation d’acheter son arme malgré des signalements pour violences.

Dans un tweet dimanche, Donald Trump s’en est pris au FBI qu’il a accusé de ne pas avoir pu empêcher la tuerie car celui-ci passait “trop de temps”
sur l’enquête russe. “Vraiment dommage que le FBI ait manqué tous les signaux envoyés par le tireur de l’école de Floride. Ce n’est pas acceptable”, a-t-il tweeté. “Ils passent trop de temps à essayer de prouver la collusion russe avec la campagne Trump – Il n’y a pas de collusion. Revenez-en aux bases et rendez-nous tous fiers de vous!” a-t-il ajouté.

Un rapprochement quelque peu hasardeux qui n’a pas plu à Aly Sheeby, de même qu’à une autre camarade de l’adolescente, Morgan Williams. Elles ont toutes deux dénoncé le manque d’empathie du président. “Il faut toujours que  tout tourne autour de vous. Comme je suis bête de l’avoir oublié”, a déploré Aly Sheehy. “Vous pouvez garder toutes vos “pensées et prières” fausses et insignifiantes”, lui a de son côté lancé Morgan Williams.

“Espèce de grosse merde”
Une autre étudiante de Parkland, Sarah Chadwick, est elle allée encore plus loin dans le reproche, insultant carrément le président américain sur Twitter après que ce dernier adresse ses condoléances et ses prières aux victimes. “Je ne veux pas de tes condoléances, espèce de grosse merde, on a tiré sur mes amis et mes professeurs. Plusieurs de mes camarades de classe ont été tués. Faites quelque chose au lieu d’envoyer vos prières. Les prières n’y feront rien. Mais le contrôle des armes pourra éviter que ça se reproduise.”

Le tweet a depuis été supprimé.

Le poème d’Aly Sheehy traduit en français:
“Mes amis sont morts, ils ont quitté nos vies,
Et pourtant vous êtes assis là, à vous tourner les pouces.
Mes amis sont morts, la vie a quitté leurs yeux,
Et pourtant vous êtes assis là, à parler de tout sauf des armes.

Mes amis sont morts, et nous avons pleuré et pleuré,
Et pourtant vous êtes assis là, à accuser les malades mentaux.
Mes amis sont morts, et nos voix mises au ban,
Et pourtant vous êtes assis là, vous êtes toujours assis là.

Mes amis sont morts, et nos larmes n’ont pas séché,
Et pourtant vous êtes assis là, à nous regarder nous lamenter.
Mes amis sont morts, un problème national
Et pourtant vous êtes assis là, si vous commenciez à diriger?

En tant que communauté unie à jamais,
Je vous le demande, Monsieur: comment cela nous est arrivé?
Je vous invite à apprendre, à entendre l’histoire de l’intérieur,
Parce que si ce n’est pas maintenant, quand est-ce que ce sera le bon moment pour discuter?”

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.