Modern technology gives us many things.

La lutte contre l’EI se déplace “du champ de bataille vers Internet”

Après l’attentat de Manchester, la première ministre britannique Theresa May entend demander à ses partenaires du G7 d’exiger des géants du Web qu’ils s’impliquent davantage dans la lutte contre la radicalisation en ligne.

Au sommet du G7 vendredi en Sicile, la première ministre britannique veut convaincre ses partenaires de faire pression sur les sociétés de l’Internet. Objectif : qu’elles fassent plus pour combattre les réseaux extrémistes.

Alors que l’enquête se poursuit pour démanteler le réseau à l’origine de l’attaque de la Manchester Arena, Theresa May veut souligner l’importance de la lutte contre l’expansion terroriste sur internet, selon une source gouvernementale haut placée.

“La menace à laquelle nous sommes confrontés évolue plus qu’elle ne disparaît, alors que [le groupe État Islamique] recule en Irak et en Syrie. Le combat se déplace du champ de bataille vers Internet”, a affirmé cette source.

Les entreprises du Web ont “une responsabilité sociale et elles doivent s’engager davantage pour supprimer les contenus dangereux de ses plateformes”, selon cette source, notamment la propagande jihadiste et les manuels de fabrication de bombes artisanales.

Dans le détail, selon le Guardian, Theresa May veut que ces sociétés :

  • mettent au point des outils pour repérer et supprimer automatiquement ces contenus selon leur nature et qui les a postés
  • alertent les autorités compétentes lorsque des contenus dangereux sont identifier pour que des mesures puissent être prises
  • revoient leurs gudelines pour que la notion de contenus dangereux soit parfaitement claire.

Particulièrement visé : Facebook, alors que le Guardian a publié dimanche 21 mai des documents internes qui montrent que les consignes données aux modérateurs du réseau social sont plutôt floues.

Des sources gouvernementales citées par le quotidien britannique expliquent que Theresa May voudrait que les entreprises récalcitrantes soient tenues responsables, même si aucune pénalité financière n’est pour l’instant envisagée.

Le 10 Downing Street se dit qu’une déclaration conjointe des pays du G7 pourrait intimer les géants du Web de réagir, mais il faudra pour cela convaincre notamment Donald Trump de prendre position contre des grandes entreprises basées aux États-Unis.

France24

Les commentaires sont fermés.