Modern technology gives us many things.

L’Italie favorable à la « révision » des sanctions contre la Russie

Le nouveau chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a affirmé mardi que son pays était favorable à la « révision » des sanctions économiques imposées à la Russie par la communauté internationale. M. Conte a également annoncé que le pays entendait réduire son énorme dette publique, mais à travers la croissance et non pas à l’aide de mesures d’austérité.

« Nous serons les promoteurs d’une révision du système de sanctions », a-t-il dit devant les sénateurs dans son discours de politique générale à l’issue duquel il demandera la confiance du Parlement.

« Nous serons les partisans d’une ouverture envers la Russie qui a renforcé ses dernières années son rôle international dans diverses crises géopolitiques » et qui représente un partenaire économique important pour les entreprises italiennes, a ajouté M. Conte.

Depuis un bon moment l’Italie tente d’obtenir au sein de l’Union européenne, sinon une levée totale des sanctions envers la Russie, au moins un allègement.

Le nouveau chef du gouvernement italien a tenu cependant à souligner « l’appartenance convaincue à l’Otan ».

« Nous entendons souligner avant tout l’appartenance convaincue de notre pays à l’Alliance atlantique, avec les Etats-Unis comme partenaire privilégié », a assuré M. Conte.

« L’Europe est notre maison »
Par ailleurs, il a annoncé voiloir « réduire notre dette publique, mais nous voulons le faire avec la croissance et non pas avec des mesures d’austérité. »

La dette publique italienne, la deuxième plus importante de la zone euro après la Grèce, « est aujourd’hui pleinement soutenable, mais doit cependant être réduite, dans une perspective de croissance économique », a-t-il ajouté.

De ce point de vue, le nouveau chef du premier gouvernement populiste dans un pays fondateur de l’Union européenne, terme qu’il a revendiqué, a indiqué que l’écart de croissance entre l’Italie et l’Europe devait être réduit, « c’est notre objectif », a-t-il assuré.

« L’Europe est notre maison », a encore assuré M. Conte, qui a dit vouloir une « Europe plus forte mais aussi plus juste ».

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.