Modern technology gives us many things.

L’islam « pose un problème en France », estime Nadine Morano

L’islam « pose un problème en France », a estimé lundi l’eurodéputée Nadine Morano (Les Républicains), qui juge « absolument indispensable » une structuration de l’islam de France évoquée par Emmanuel Macron lors de ses voeux aux autorités religieuses.

L’islam « pose un problème en France », a estimé lundi l’eurodéputée Nadine Morano (Les Républicains), qui juge « absolument indispensable » une structuration de l’islam de France évoquée par Emmanuel Macron lors de ses voeux aux autorités religieuses.

« C’est absolument indispensable. Mais il n’y a pas que cela », a déclaré Mme Morano sur Europe 1. « Nous avons une loi qui date de 1905 sur la laïcité, nous avons vécu en pleine harmonie jusqu’en 1989, c’est-à-dire que pendant 84 ans il ne s’est rien passé, et nous avons connu les premières difficultés avec le port du voile à l’école, celles qui ont tenté d’instaurer cette volonté de porter le voile à l’école. Il nous a fallu légiférer à cette époque-là, et nous voyons bien que la situation, même si nous l’avons réglée à l’école, se dégrade dans les quartiers », a jugé l’eurodéputée, conseillère politique de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains (LR).

« Fermer les mosquées qui posent problème »
Alors que « rien n’est fait pour les fermer », « il faut fermer toutes les mosquées qui posent problème. Il faut que l’autorité de l’Etat reprenne ses droits dans les quartiers », a-t-elle dit. Selon elle, « cette religion (…) aujourd’hui pose un problème en France, il faut le dire, nous avons un problème avec l’islam, l’islam aujourd’hui est dévoyé par ceux qui veulent le radicaliser, par les islamistes, nous avons vécu les attentats », a également déclaré Mme Morano.

« Nous avons un problème avec cette religion parce que nous avons un problème d’organisation, parce que nous avons un problème de ces prêches, de financement des mosquées », a-t-elle poursuivi. « Il y avait une centaine de mosquées dans les années 1970, il y en a 2.500 aujourd’hui. Nous ne savons pas exactement combien de lieux de prière ». Or « quand il n’y a pas de contrôle de la manière dont c’est prêché à l’intérieur, on voit bien que ça pose un problème », a-t-elle dit.

Emmanuel Macron veut une réforme de « l’islam de France »
Le président de la République Emmanuel Macron veut « poser les jalons de toute l’organisation de l’Islam de France » au « premier semestre 2018 », assurant dans un entretien avec le Journal du Dimanche qu’il va « continuer à consulter beaucoup ».

« Ma méthode pour progresser sur ce sujet, c’est d’avancer touche par touche », a déclaré le chef de l’Etat à l’hebdomadaire. « Je ne dévoilerai une proposition que quand le travail sera abouti », a-t-il ajouté.

« Je vois des intellectuels et des universitaires, comme Gilles Kepel (politologue et sociologue français, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain, NDLR), des représentants de toutes religions car je considère que nous devons nous inspirer fortement de notre histoire, de l’histoire des catholiques et de celle des protestants », a détaillé M. Macron, citant « Youssef Seddik (philosophe, anthropologue et islamologue tunisien, NDLR), comme d’autres intellectuels et toutes sortes d’acteurs, tels que l’Institut Montaigne, qui ont pris des initiatives sur cette question ».

« Mais c’est durant ce premier semestre 2018 que je souhaite poser les jalons de toute l’organisation de l’Islam de France », prévient-il.

Le président ajoute que son objectif est de « retrouver ce qui est le cœur de la laïcité, la possibilité de pouvoir croire comme de ne pas croire, afin de préserver la cohésion nationale et la possibilité d’avoir des consciences libres ».

Un risque de « faire des raccourcis »
Il estime qu’il y a un risque à « brandir des objets connotés » ou à « faire des raccourcis en plongeant tout le monde dans un même sac ». « Il y a une question qui est celle de l’organisation. Mais il y a une autre question, qui est celle du rapport entre l’islam et la République », relève M. Macron.

Le chef de l’Etat avait annoncé début janvier son intention de mener « un travail sur la structuration de l’Islam en France », afin qu’il ne tombe pas dans la « crise » qu’il vit au plan international, en présentant ses voeux aux autorités religieuses.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.