Modern technology gives us many things.

Les ONG réclament une enquête indépendante sur la mort des 13 jeunes tués

Au Congo, les organisations de la société civile appellent à la mise en place d’une enquête indépendante avant d’organiser un procès équitable sur la mort en juillet dernier de 13 jeunes dans un commissariat de police de la capitale congolaise. Pour ces ONG, la justice a été complaisante dans la qualification des faits.

Les ONG, menées principalement par l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) ont dénoncé dans un rapport une “enquête bâclée”, vite menée et bouclée en un temps record.

Pour le directeur exécutif de l’OCDH, Trésor Nzila Kendet, la justice a été “complaisante” dans la qualification des faits, soulignant que le drame de Chacona, du nom de ce commissariat de police, n’est pas un simple délit d’homicide involontaire, mais un crime.

Il a demandé à la justice d’annuler le procès prévu pour le 24 octobre prochain, pour mettre en place une enquête indépendante dans laquelle seront impliqués les ONG et les parents.

L’Etat veut prendre en charge les funérailles des jeunes morts dans un commissariat de Brazzaville

“Nous voulons un vrai procès et non ce qu’ils disent. Il s’agit d’un drame et non un homicide involontaire et non-assistance à personne en danger. Cela ne peut être possible, car les jeunes ont bel et bien été tués entre les mains de la police”, déclare Trésor Nzila Kendet, ajoutant que la société civile souhaite la transparence dans cette affaire.

Pendant la publication de leur rapport devant les médias, les ONG ont rappelé que les autorités devraient effectuer l’autopsie sur les corps des 13 jeunes.

Elles se sont constituées partie civile et ont engagé trois avocats du barreau de Brazzaville pour suivre cette affaire.

Dans la nuit du 23 juillet, 13 jeunes ont été retrouvés morts dans un commissariat de police.

Les autorités ayant reconnu les faits avaient donné de l’argent aux familles pour organiser les obsèques.

Le procès devrait normalement s’ouvrir dans un mois, et six policiers dont un adjudant-chef, répondront à l’appel du juge.

 

 

Voa

Les commentaires sont fermés.