Modern technology gives us many things.

Les Emirats arabes unis interdisent la possession d’animaux sauvages

Les lions, guépards et léopards vont enfin pouvoir être tranquilles. Les autorités des Émirats arabes unis ont interdit la possession d’animaux sauvages dans ce pays du Golfe où ils sont régulièrement élevés par des particuliers.

Lorsque nous pensons aux panthères, aux guépards, aux léopards et aux lions, nous avons souvent l’image d’animaux libres, gambadant tranquillement dans leur savane. Aux Emirats arabes unis, les animaux sauvages sont largement préférés sur la banquette arrière d’une voiture, devant le divan, ou dans le jardin. Pourquoi ? Parce qu’ils sont considérés comme le symbole d’un statut enviable, en attestent les nombreuses photos postées par Humaid Albuqaish, un multimillionnaire collectionneur de bêbêtes normalement non-domestiquées. Sur son compte Instagram, suivi par plus de 860 000 personnes, il publie régulièrement des clichés de SON lion, de SON magnifique bébé tigre blanc tenu en laisse devant une voiture, ou encore de SON léopard. Précisons qu’il possède aussi un nycticebus (un petit primate), et plusieurs espèces de singes.

Mercredi, les autorités du pays ont décidé d’interdire la possession d’animaux sauvages. La loi, validée en décembre dernier par le président Mohammed bin Zayes Al Nahyan, rend illégale la transaction ou la possession de “toutes les espèces d’animaux sauvages domestiques mais dangereux“. Donc, Humaid Albuqaish ainsi que tous les nouveaux playboys du Golf s’exposent désormais à une amende allant jusqu’à 150 000 dirhams (38 000 euros) et à une peine de 6 mois de prison, comme le précise Gulf News. Le site ajoute aussi que seuls les zoos, les parcs naturels, les cirques et centres d’élevage et de recherche sont autorisés à garder les animaux sauvages.

Par ailleurs, le quotidien Al-Ittihad rapporte que ceux qui utilisent ces animaux pour “terroriser” d’autres personnes seront passibles d’une peine de prison et d’une amende de 700 000 dirhams (182 000 euros).

Un trafic à l’échelle mondiale

Le trafic illicite d’animaux est une industrie mondiale qui représente 10 milliards de dollars. Les acheteurs se les procurent sur le marché noir, plus par désir de frimer avec un nouveau jouet, plutôt que par amour de l’animal. Car comme l’a révélé à Middleeasteye Nanyunja Peninah, chef d’équipe au zoo de Dubaï : “Les propriétaires les gardent souvent pendant quelques mois seulement, peut-être un an, avant qu’ils ne s’en lassent.” Il poursuit : “En moyenne, nous recevons une dizaine de dons d’animaux par mois au zoo. Deux ou trois sont généralement en voie de disparition“. Lors d’une enquête de 2014, le Fonds International pour la protection des animaux a répertorié pas moins de 120 annonces en ligne aux Emirats arabes unis pour des animaux sauvages.

auféminin

Les commentaires sont fermés.