Modern technology gives us many things.

Législatives françaises : la confusion des électeurs d’Emmanuel Macron

A deux jours des législatives, entre la majorité présidentielle, la République en marche ou la droite et la gauche dites «Macron-compatibles», les Français sont perdus. Dans la 18e circonscription de Paris, deux candidats sont explicitement «avec Emmanuel Macron» selon leurs affiches de campagne. D’un côté, Myriam El Khomri du Parti socialiste. De l’autre, Pierre-Yves Bournazel, des Républicains, et qui a reçu le soutien du Premier ministre Edouard Philippe. Pourtant, aucun candidat de La République en marche (LREM) n’a été investi dans la circonscription. Les électeurs, confus, ne savent plus pour qui voter.

Au marché de la porte de Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris, Myriam El Khomri et Pierre-Yves Bournazel se font face. Dans la circonscription, les candidats sont nombreux, et l’intérêt pour les élections législatives très limité.

Une habitante du quartier le confirme : ils ont du mal à s’y retrouver. « Il y a une confusion, de toute façon, on a 25 candidats qu’on connaît à peine », reconnaît une électrice qui milite auprès de Pierre-Yves Bournazel.

Myriam El Khomri, elle, tente de justifier sa position. Sur son tract de campagne, la volonté est affichée « avec Emmanuel Macron, pour une majorité de progrès ».

« Je suis une candidate socialiste. Dans un moment inédit dans le pays, soit on est dans l’opposition, soit on est dans la participation à la majorité, explique l’ancienne ministre du Travail de François Hollande. Donc j’ai clairement affiché sur mes affiches de campagne « avec Emmanuel Macron pour une majorité de progrès » ».

« Zigzag »

Myriam El Khomri tacle au passage son adversaire, Pierre-Yves Bournazel. « Aujourd’hui, il se réclame de la majorité présidentielle et il pousse la confusion jusqu’à enlever le logo Les Républicains de ses affiches. Voilà une forme de zigzag qui n’est absolument pas à mon sens ce qu’on doit aux électeurs. »

Les citoyens s’interrogent, surtout ceux qui souhaitent donner les clés de l’Assemblée nationale au mouvement En Marche !

Une électrice se revendique comme l’une des dernières socialistes de France mais craint que cette confusion entre le Parti socialiste et Les Républicains porte atteinte au développement de sa circonscription. « L’histoire de Myriam et Bournazel, franchement, cela va juste compliquer ce territoire ».

Beaucoup de questions restent donc sans réponse. Dans 48 heures, le 11 juin prochain, les habitants du quartier prendront leur décision dans l’isoloir.

Rfi

Les commentaires sont fermés.