députés

Le second tour des élections législatives a débuté samedi à 08H00 dans les trois circonscriptions de Polynésie française (20H00 à Paris). Plus de 47 millions d’électeurs français sont appelés aux urnes. En métropole, les bureaux de vote ferment à 18h et dans les grandes villes à 20h, heure à laquelle seront publiées les premières projections ce dimanche. Que vont devenir les députés sortants après ce second tour? Et ceux qui ont été éliminés dès le premier? Beaucoup devraient se retrouver sur le carreau, sans parler de leurs collaborateurs, au sort encore moins enviable.

Il y a ceux qui restent en politique, en occupant d’autres mandats cumulatifs, ceux qui retourneront à la vie « normale », en reprenant un travail dans le secteur privé par exemple. Mais les autres ?

Si d’aventure ils ne retrouvaient pas de travail, les députés sortants n’auront pas tout perdu. A condition de ne pas occuper d’emploi dans le privé ou dans la fonction publique, et d’avoir moins de 62 ans, le dispositif prévu par l’Assemblée nationale est plus avantageux que dans le secteur privé. Et il s’étale sur trois ans.

La première année, le député se voit verser 100 % de l’indemnité parlementaire, soit 6 000 euros bruts au premier semestre, 3 600 euros au deuxième semestre, et ainsi de suite jusqu’à la fin de la troisième année, où ce ne sont plus que 1 200 euros qui sont versés. De quoi donner au député perdant le loisir de trouver un point de chute ailleurs qu’à l’Assemblée.

Du côté des assistants parlementaires, dont le statut a été mis sous le feu des projecteurs durant la campagne présidentielle, on s’attend à une saignée. Environ 2 000 d’entre eux risquent de quitter l’Hémicycle et de voir leur CDI prendre fin avec la non-réélection de leur député. Pour eux, c’est direction Pôle emploi comme tout salarié. Plusieurs militent pour que leur licenciement soit requalifié comme « licenciement économique » et non plus « licenciement pour motif personnel ». Afin de bénéficier d’une réelle protection.

Rfi

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here