Modern technology gives us many things.

Le sommet extraordinaire de la CEMAC: Un sommet annoncé « conflictuel »

cemacLes Chefs d’Etats de la Communauté Economique des Monétaires de l’Afrique Centrale (CEMAC) se réuniront autour d’un sommet extraordinaire ce vendredi 14 juin à Libreville. Il s’agira de statuer sur la situation centrafricaine. Ce sommet qui verra la participation de Michel Djotodia est-elle une forme de reconnaissance sous-régionale du président centrafricain autoproclamé ?

Sous l’impulsion du président en exercice de la Communauté Economique des Monétaires de l’Afrique Centrale (CEMAC), Ali Bongo Ondimba, les Chefs d’Etats membres de cette communauté se retrouveront ce vendredi 14 juin à Libreville pour une fois de plus discuter de la situation en Centrafrique.

Les points inscrits à l’ordre du jour portent sur les conséquences de la crise en Centrafrique, ainsi que sur la libre circulation des personnes en zone CEMAC. Les Chefs d’État devraient, à l’issue de ce sommet, entériner la décision de suppression des visas en zone CEMAC pour tout citoyen de la communauté d’ici la fin de l’année.

L’une des principales conséquences de la situation en Centrafrique est la délocalisation du siège de la CEMAC. Selon les estimations de la Commission, il faudra 2,5 milliards F CFA pour la délocalisation du siège pendant deux ans au moins, le temps d’un retour éventuel de la stabilité à Bangui.

Cependant, l’attention de toutes les populations de la zone CEMAC, sera focalisée sur la présence de Michel Djotodia qui constitue un signal fort à ce sommet. « Le nouvel homme fort de Bangui a été officiellement invité à participer à ce sommet, une invitation qui lui a été remise récemment par un émissaire du président gabonais Ali Bongo Ondimba ».

Sa présence est donc une reconnaissance sous-régionale qui vient à la suite de la tournée (Tchad, Gabon, Guinée Equatoriale) effectuée il y a quelques semaines par « l’homme fort » centrafricain. Paul Biya,le président camerounais s’il venait à prendre part à ces assises, reconnaîtra-t-il à son tour officiellement le statut de président de Michel Djotodia ?

Pour rappel, le Cameroun avait servi de terre d’accueil au président centrafricain déchu, François Bozizé , sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la justice centrafricaine. Paul Biya n’avait jusqu’alors pas reçu l’ancien chef des rebelles de la Séléka, prétextant des « problèmes d’agenda ». Libreville sera-t- elle alors le théâtre d’une conciliation entre les deux parties ? (Gabon Eco 14/06/2013)

Les commentaires sont fermés.