Modern technology gives us many things.

Le Sahara occidental divise l’Union Africaine

Alors que le 21e sommet de l’union africaine (UA) s’est ouvert le 22 mai à Addis-Abeba sur fond de division entre les Etats membres au sujet de la formulation d’une résolution sur le Sahara occidental, le Gabon s’est insurgé contre l’idée de ramener cette question sur la table de l’institution africaine.

La position gabonaise a été officiellement exprimée la veille de l’ouverture du sommet par Abdu Razzaq Guy Kambogo, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, haut-représentant de la République gabonaise à Rabat, au Maroc. Selon le diplomate gabonais, qui a reçu des hautes instructions «strictes et expresses» d’Ali Bongo, l’inscription de la question du Sahara à l’ordre du jour des travaux sommet de l’UA est une initiative «rétrograde et inopportune».

«Aujourd’hui, il est déconcertant et inconvenant de ramener la question du Sahara sur la table des discussions au sein de l’Union africaine, au moment où tout le monde s’attend à appuyer les efforts du Conseil de sécurité de l’ONU pour aller vers la solution pacifiée proposée par le Maroc», a-t-il affirmé. Sur un ton ferme, le diplomate a bien précisé que le Gabon refuse de cautionner cette démarche, au vu des conséquences «inévitables» qu’elle pourrait générer. D’après lui, «cette initiative risque soit de durcir les positions qui se ramollissent, soit de contribuer aux divisions qui ont éloigné les pays africains». D’autant plus que le Gabon est contre toute initiative ayant pour but de «faire prévaloir les positions individuelles, voire égoïstes».

sahara occidentalDans cet ordre d’idées, Abdu Razzaq Guy Kambogo a réaffirmé le soutien de son pays à l’initiative marocaine d’autonomie basée sur une solution négociée et pacifique : «Le Gabon à l’instar d’autres alliés et amis du Maroc, épris de paix et de développement harmonieux, réitère son indéfectible soutien au Maroc dans la question du Sahara». Il convient ainsi de rappeler que la position du Gabon a toujours été immuable vis-à-vis de ce dossier. Et ce depuis la Marche verte initiée en 1976 par Majesté Hassan II. Autrement dit, le Gabon a toujours été pour un règlement via les voies onusiennes pour parvenir à une solution pacifiée garantissant l’intégrité du Maroc, surtout que «les instances onusiennes qui se sont saisies de la question du Sahara restent bien au-dessus de la commission de l’Union africaine», a dit l’ambassadeur du Gabon au Maroc.

Par ailleurs, Abdu Razzaq Guy Kambogo est revenu sur les démarches ayant été entreprises dans le cadre de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), qui se sont révélées toutes infructueuses, et dont la conséquence majeure était le retrait du Maroc, suite à la reconnaissance de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD) par l’OUA. Enfin le diplomate a appelé l’Afrique à se pencher, plutôt, sur ses préoccupations «plus urgentes», telles que la santé, l’éducation et l’autosuffisance alimentaire ainsi que la recherche d’une paix pérenne ; et de laisser la question du Sahara à l’ONU. Dans cet élan d’idées, l’ambassadeur a déclaré que le président du Gabon aime dire «laissez-nous avancer» à ceux qui veulent rester dans les anciens schémas et ceux qui, peut-être, sont effrayés du retour du Maroc au sein de la grande famille africaine.


Les commentaires sont fermés.