Modern technology gives us many things.

Le Président tanzanien accusé par l’église catholique

 

tanzanie présidentL’Eglise catholique tanzanienne s’est déclarée persécutée par un groupe de musulmans, tout en accusant d’inaction le gouvernement du président Jakaya Kikwete (photo), dans une déclaration parue lundi.


La déclaration des Evêques catholiques de Tanzanie fait suite à l’explosion qui avait fait le 5 mai dernier 3 morts et une soixantaine de blessés parmi les fidèles, à l’église Saint-Joseph-Le-Travailleur d’Olasiti, à Arusha, dans le nord du pays.

‘’Divers signes précurseurs avaient annoncé ces actes inhumains, sauvages, honteux et indignes de notre pays”, affirment les prélats citant dépliants, tracts, articles de journaux ou émissions de radio ‘’menaçant l’église et ses responsables ‘’.

Un prêtre catholique a été abattu à l’entrée de son église le jour de Noël à Zanzibar, un archipel semi-autonome faisant partie de la République unie de Tanzanie.

‘’Ces attaques s’inscrivent sans doute dans le cadre de ces maux planifiés par ceux-là qui ne veulent pas du bien à l’église”, déclare la conférence épiscopale.

Selon le texte, des musulmans ont déclaré lors d’une réunion le 15 janvier 2011à Dar-es-Salaam, la capitale économique, que le pays était ‘’dirigé de façon chrétienne”. Le groupe a même demandé, selon le texte, ‘’la fermeture de la représentation du Vatican”, en Tanzanie.

« Ce qui est très pénible pour nous, c’est que notre gouvernement n’a jamais condamné les revendications et les accusations de ces gens-là, pas plus qu’il ne les a arrêtés”, poursuit cette déclaration en swahili.

‘’Tout ceci s’est fait en plein jour, parfois même en présence des instances de sécurité, comme la police”, déplorent les évêques catholiques appelant les forces de l’ordre à s’acquitter de leur mission ‘’sans aucune forme de pression”

‘’Que les instances de sécurité poussent plus loin, pour creuser et découvrir l’origine ainsi que ceux qui financent ce terrorisme et cette cruauté contre l’église dans notre pays”’, demandent les prélats, avant de condamner ‘’ce petit groupe qui abuse de la bannière musulmane pour semer les troubles et ternir l’image de Musulmans de bonne volonté”.

 

Les commentaires sont fermés.