Modern technology gives us many things.

Le chef d’Al-Qaïda s’en prend au chef de Daesh et l’accuse de «mensonges»

Le chef de l’organisation de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi, a-t-il menti sur Al-Qaïda, comme l’affirme son rival à la tête du réseau fondé par le défunt Oussama Ben Laden ?

Le chef d’Al-Qaïda s’en est pris à la « campagne de déformation des faits, de peur et d’intimidation (…) à laquelle a malheureusement participé Ibrahim al-Badri (Abou Bakr al-Baghdadi) » dans un message audio cité et traduit en anglais par le centre américain de surveillance des sites djihadistes (SITE).

Mensonges

« Il a proféré des mensonges sur nous, prétendant que nous ne dénonçons pas la tyrannie (…) que nous louons (l’ancien président égyptien déchu) Mohamed Morsi (…) et que j’aurais appelé les Chrétiens à être nos partenaires », proteste Ayman al-Zawahiri, selon la transcription de son message en arabe.

Le chef d’Al-Qaïda, qui a succédé à Oussama Ben Laden après qu’il eut été tué par un commando américain au Pakistan en mai 2011, conteste aussi des allégations qu’auraient portées Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe ultraradical sunnite EI, accusant Al-Qaïda de ne pas combattre les musulmans chiites.

S’attaquer à l’Amérique « en priorité »

« Dans l’un de mes discours (…) j’ai donné l’ordre par écrit d’attaquer les forces militaires, de police et de sécurité irakiennes, qui sont pour la plupart chiites, ainsi que des miliciens chiites », argumente Ayman al-Zawahiri.

Enfin, dans son message, Ayman al-Zawahiri, dont le réseau est l’auteur des attentats du 11-Septembre 2001 aux Etats-Unis, s’en prend une nouvelle fois à l’Amérique : « Nous appelons les moudjahidine (…) à faire du jihad contre l’Amérique et ses alliés leur priorité où qu’ils puissent agir ».

Al-Qaïda sur le déclin

Les deux organisations considérées comme « terroristes », l’EI et Al-Qaïda, sont des groupes rivaux aux tactiques et aux stratégies jihadistes différentes, notamment dans les attaques menées en Syrie, en Irak ou au Yémen.

Longtemps numéro deux, Ayman al-Zawahiri a été propulsé à la tête d’Al-Qaïda en 2011. Mais son règne a été marqué par un net déclin de l’organisation, tandis que le groupe EI a suivi une trajectoire inverse, conquérant de vastes territoires en Irak et en Syrie et multipliant les attentats dans le monde.

L’une des dernières apparitions en public de Zawahiri remonte à juillet 2015. Des experts estiment qu’il vit reclus dans la zone frontalière entre le Pakistan et l’Afghanistan. L’étendue de son influence sur Al-Qaïda est difficile à évaluer.

20minutes

Les commentaires sont fermés.