Modern technology gives us many things.

L’ancien directeur d’Oxfam en Haïti avait reconnu avoir payé des prostituées

L’ancien directeur d’Oxfam en Haïti, au centre d’un scandale mondial d’abus sexuels, a reconnu qu’il avait eu des rapports tarifés avec des prostituées dans des locaux financés par l’organisation, selon un rapport établi en 2011 par l’ONG à l’issue d’une enquête interne et rendu public lundi.

Avec deux autres responsables de l’organisation, le Belge Roland van Hauwermeiren, 68 ans, avait dû démissionner à la suite d’allégations selon lesquelles les trois hommes avaient acheté les services de jeunes prostituées lors de leur mission en Haïti, après le séisme dévastateur de 2010.

« Jamais entré dans un bordel »
M. van Hauwermeiren s’était défendu la semaine dernière en affirmant qu’il n’avait pas organisé d’orgies avec de jeunes prostituées et qu’il n’était « jamais entré dans un bordel » en Haïti. Dans une lettre publiée par plusieurs médias, il avait seulement reconnu avoir eu des rapports sexuels avec une « femme honorable et mature », et maintenu qu’il ne lui avait pas versé d’argent.

Or, selon le rapport interne de 2011, qu’Oxfam a rendu public lundi dans une version partiellement censurée, le responsable avait admis avoir eu des rapports avec des prostituées à son domicile haïtien, qui était financé par Oxfam. L’ONG avait alors choisi de proposer à son responsable en Haïti un « départ digne, à condition qu’il coopère pleinement avec le reste de l’enquête ».

Le rapport interne de 2011 avait conclu « qu’aucune des allégations initiales de fraude, népotisme ou recours à des prostituées mineures n’avait pu être étayée par l’enquête » mais qu’il ne « pouvait être exclu », cependant, que l’une au moins des prostituées fût mineure.

Menaces
Le rapport établit par ailleurs que trois employés d’Oxfam ont « menacé physiquement » et « intimidé » un de leurs collègues qui était appelé à témoigner dans le cadre de l’enquête interne menée par l’ONG en 2011.

L’ONG dit avoir choisi de rendre public ce rapport pour « être aussi transparente que possible quant aux décisions prises durant l’enquête ». Elle affirme avoir communiqué aux autorités compétentes les noms des personnes soupçonnées de comportements sexuels inappropriés, et a adressé une version intégrale du rapport aux autorités haïtiennes, qui ont annoncé jeudi vouloir mener leur propre enquête.

L’ONG a dévoilé vendredi un plan d’action pour empêcher de nouveaux abus sexuels et tenter ainsi d’apaiser la polémique d’ampleur mondiale.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.