Modern technology gives us many things.

L’Albanie refuse de traiter les migrants comme des “déchets toxiques”

Le Premier ministre albanais a catégoriquement refusé mercredi que son pays accueille les camps de migrants secourus en mer évoqués par l’Union européenne, arguant que ces migrants n’étaient “pas des déchets toxiques”.

“Nous n’accepterons jamais de tels camps pour réfugiés européens”, ce qui reviendrait à “décharger n’importe où comme des produits toxiques, des gens désespérés dont personne ne veut”, a déclaré Edi Rama au quotidien allemand Bild.

Face à la crise politique sur les migrants, l’UE envisage la création, y compris hors de l’Union européenne, de centres de débarquement de migrants secourus en mer. L’objectif est d’éviter les bras de fer diplomatiques pour chaque débarquement après une opération de secours, comme c’est le cas actuellement, et d’impliquer des pays tiers.

Centres de débarquement
L’idée de tels centres de débarquement, qui suscite beaucoup de réticences et des doutes sur sa compatibilité avec le droit international, est inscrite dans un projet de conclusions du sommet européen programmé les 28-29 juin à Bruxelles, dans un contexte de fortes divisions des pays de l’UE face à la pression migratoire

La Tunisie et l’Albanie sont régulièrement évoqués comme de possibles pays susceptibles d’accueillir de telles plateformes, même si “pour l’instant aucun pays” tiers n’a manifesté sa volonté de les accueillir, avait indiqué le commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos.

L’Albanie s’est dit prête à aider l’UE mais M. Rama a rejeté l’installation de tels camps dans son pays, même dans le cadre de l’adhésion à l’Union européenne.

“La crise des réfugiés doit être abordée indépendamment de l’état actuel de nos tentatives d’adhésion”, a-t-il expliqué.

Les pays de l’UE se sont mis d’accord mardi à Luxembourg pour ouvrir les négociations d’adhésion avec l’Albanie et l’ex-République yougoslave de Macédoine en juin 2019, une décision toutefois assortie de nombreuses conditions sur la poursuite des réformes.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.