Modern technology gives us many things.

La fronde des Chefs d’Etat africains contre la Cour Pénale Internationale s’agrandit…

gbagbo cpiL’affaire Gbagbo est devenue le révélateur d’un malaise plus profond à l’égard de la Cour Pénale Internationale (CPI) accusée de ne poursuivre que les Africains. On apprend ainsi que même si le bureau du procureur examine la situation de l’Afghanistan, de la Colombien de la Géorgie, et du Honduras, aucune affaire n’a été ouverte dans ces pays. Les huit (8) enquêtes en cours (Ouganda, RD Congo, Centrafrique, Soudan, Kenya, Libye, Côte d’Ivoire et Mali) ne concernent que le continent. Et les cinq (5) détenus à la prison de Scheveningen sont tous africains (Thomas Lubanga, Germain Katanga, Bosco Ntaganda et Jean Pierre Bemba (RD Congo) ; Laurent Gbagbo (Côte d’Ivoire). Hormis Joyce Banda et Ian Khama, les présidents du Malawi et du Botswana, aucun chef d’Etat du continent ne soutient officiellement la CPI dans le dossier Omar el-Béchir. Ils sont mêmes de plus en plus nombreux à manifester leur incompréhension, voire leur indignation. « Ne se passe-t-il rien au Pakistan, en Tchétchénie ? », lançait Jean Ping, l’ex-président de la Commission de l’UA en juin 2012. « On reproche à la Cour son silence à l’égard de Hamed Ben Issa Al Khalifa, le roi de Bahreïn, d’Ali Abdallah Saleh l’ex-président du Yémen, ou de Bachar al-Assad, le raïs syrien. On voudrait qu’elle se penche sur les crimes commis à Gaza durant l’opération ‘’Plomb durci’’ », rapporte l’hebdomadaire Jeune Afrique. De Paul Gagamé, du Rwanda à Jerry Rawling, ex-président du Ghana ou même des modérés comme Dramani Mahama, le chef d’Etat ghanéen, la fronde contre la CPI s’allonge et la colère gronde.

Les commentaires sont fermés.