Modern technology gives us many things.

Le Kenya veut instaurer la peine de mort pour les braconniers

0

Les braconniers risqueront bientôt la peine de mort au Kenya, a annoncé le ministre kényan du tourisme et de la protection des espèces sauvages.

Dans ses parcs nationaux et ses réserves, le Kenya abrite une grande variété d’espèces: lions, rhinocéros noirs, autruches, hippopotames, buffles, girafes et zèbres.

En 2013, le Kenya a promulgué une loi sur la conservation de la faune qui punit les contrevenants d’une peine d’emprisonnement à perpétuité ou d’une amende de 200.000 dollars. « Cela n’a cependant pas été suffisamment dissuasif pour freiner le braconnage, d’où aujourd’hui la proposition d’une peine plus sévère », précise Najib Balala. En 2017, le braconnage des rhinocéros a pourtant diminué de 85% et celui des éléphants de 78% par rapport à 2013 et depuis le renforcement de la répression, selon le ministère du Tourisme.

L’année dernière, 69 éléphants – sur une population de 34.000 – et neuf rhinocéros – sur une population de moins de 1 000 – ont été tués dans le pays. Plus tôt ce mois-ci, deux rhinos noirs et un veau ont été braconnés au parc national de Meru.

L’initiative pourrait se heurter à l’ONU, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme appelant à l’abolition progressive de la peine capitale dans le monde.

7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.