Modern technology gives us many things.

Les jeunes américains dans la rue contre les armes à feu

Exaspérés par la répétition des fusillades dans leurs écoles, des centaines de milliers d’Américains descendent samedi dans la rue pour une manifestation historique contre les armes à feu.

Jusqu’à un demi-million d’adolescents et d’adultes sont attendus à Washington, avec comme mot d’ordre: « Plus jamais ça !  »

Plus de 800 marches sont prévues dans d’autres villes des Etats-Unis. L’événement national, baptisé « March for Our Lives » – « Marchons pour nos vies » -, est une réaction spontanée au massacre le 14 février de 17 personnes dans un lycée de Floride.

La possibilité de détenir une arme à feu est considérée par des millions d’Américains comme un droit constitutionnel aussi fondamental que la liberté d’expression. Cependant, cette fois, la tuerie commise par un ancien élève perturbé psychiquement dans la ville de Parkland a soudé des lycéens s’identifiant comme « survivants »: depuis cinq semaines, ils sont omniprésents dans les médias.

Cinq d’entre ont fait la une du magazine Time cette semaine. Leur énergie leur a gagné l’appui de nombreuses célébrités. George Clooney, Oprah Winfrey et Steven Spielberg ont chacun offert 500.000 dollars pour soutenir la « March for Our Lives ». L’acteur Bill Murray a comparé la mobilisation avec celle des années 1960 contre la guerre du Vietnam.

Soutien d’Obama et de stars
Et la scène dressée sur Constitution Avenue, au cœur de la capitale fédérale, devrait voir un défilé de stars, parmi lesquelles Ariana Grande, Jennifer Hudson, Demi Lovato, Justin Timberlake ou Miley Cyrus.

« Cette marche n’aurait pas lieu sans la fusillade dans mon école, donc cela va être un moment difficile », a confié à l’AFP Carlos Rodriguez, l’un des rescapés du lycée de Parkland. « Mais je me sens fier d’être l’un des élèves qui ont lancé ce mouvement ». L’ancien président Barack Obama a également jeté son poids derrière les lycéens de Parkland. « Vous avez favorisé le réveil de la nation », a-t-il écrit.

Les armes font plus de 30.000 morts par an aux Etats-Unis, où la jeunesse scolarisée est parfois présentée comme la « génération mass shooting » ou la « génération Columbine », du nom d’une école secondaire du Colorado où deux élèves ont tué 12 de leurs camarades de classe et un professeur en 1999.

Concession
Ces élèves ont vécu la totalité de leur scolarité avec cette menace permanente, spécifique aux Etats-Unis. Année après année, ils ont vu leurs élus faire la sourde oreille ou, récemment, Donald Trump proposer d’armer leurs enseignants.

Dans un tweet vendredi, le président a redit sa volonté d’interdire les bump stocks, des dispositifs permettant de tirer en rafale, une mesure de portée marginale alors que son administration a officiellement lancé une procédure dans ce sens.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.