Modern technology gives us many things.

Il veut reformer la police de son pays : on lui envoie une tête et deux mains coupées sur…

kenya benson kuibiL’histoire s’est déroulé à NAIROBI, le 30 août 2013  – Une tête et deux mains humaines, accompagnées de menaces écrites, ont été adressées au chef de la Commission des Services de police (NPSC), nouvel organe indépendant de contrôle des forces de l’ordre, a annoncé vendredi le chef de la police de Nairobi. Une boîte contenant la tête et les mains récemment tranchées a été déposée jeudi devant le siège de la NPSC, dans le centre de la capitale kényane, a expliqué le chef de la police de la ville, Benson Kibui. A l’intérieur, se trouvait également un mot adressé au chef de la Commission, Johnston Kavuludi, avertissant: « Kavuludi, tu es le prochain ». La tête et les mains appartiennent à un corps – non identifié dans l’immédiat – retrouvé dans un quartier excentré de l’est de Nairobi, a précisé M. Kibui. « Nous ne savons pas quel est le mobile de cet acte », a-t-il déclaré. Il pourrait s’agir d’une tentative d’entraver les efforts menés par M. Kavuludi depuis sa nomination en septembre 2012 pour mettre en place les réformes des services de police, prévues par une loi de 2011. Cette loi a structurellement remanié les forces de l’ordre et vise à éviter que ne se renouvellent les séries de manquements et violations des droits de l’Homme dont a été accusée la police durant les violences post-électorales meurtrières de fin 2007-début 2008. Elle a notamment transféré une série de pouvoirs discrétionnaires du chef de la police à la NPSC, largement constituée de civils et instituée par la nouvelle Constitution de 2010, notamment en matière de recrutements et de discipline. Fin juin, M. Kavuludi s’était vertement opposé au chef de la police, David Kimaiyo, après que ce dernier avait procédé à une série de nominations sans en référer à la NPSC. Le gouvernement kényan a déposé récemment une série d’amendements à la loi de 2011 visant notamment à réattribuer une partie de ses pouvoirs au chef de la police. L’ONG Amnesty International a averti fin juillet que ces amendements menaçaient de vider les réformes de la police de leur substance

Les commentaires sont fermés.