Modern technology gives us many things.

Hayat Boumeddiene, la veuve d’Amedy Coulibaly se trouve bien en Syrie

Selon Mediapart, qui a eu accès à des écoutes téléphoniques menées par la DGSI, Hayat Boumeddiene la veuve d’Amedy Coulibaly se trouve bien en Syrie. “C’est encore mieux que ce que j’imaginais”, raconte-t-elle à ses proches par téléphone.

Les écoutes de la DGSE ont confirmé leur crainte : la veuve du terroriste de l’Hyper Cacher a bien rejoint la Syrie, le 2 janvier 2015, soit moins d’une semaine avant les attentats qui ont ensanglanté la capitale. Selon Mediapart qui révèle ce mercredi 11 janvier la teneur des discussions téléphoniques de la jeune femme avec des proches, elle serait ravie d’être en Syrie, trouvant la vie là-bas, “trop trop bien”.

Durant plus de quatre mois, les enquêteurs de la DGSI ont écouté la jeune femme. Ces écoutes ont notamment révélé qu’elle était en contact avec certains membres de sa famille et des amis. A ces personnes, elle raconte sa vie en Syrie : un quotidien qui semble lui plaire. “C’est encore mieux que ce que j’imaginais”, dit-elle.

Pas remariée ni enceinte

“Ah, les gens qui m’entourent… C’est des trésors ! Je ne sais pas comment t’expliquer. […] Tu sens vraiment ici que, les gens, ils ne sont pas humiliés. Les musulmans ici ne sont pas humiliés. Ils vivent avec leur honneur. On vit avec notre religion”, raconte également la jeune femme selon Mediapart. A une proche, elle indique qu’elle n’est pas “pour l’instant” remariée, et qu’elle n’est pas enceinte [la rumeur d’une grossesse avait été relayée au lendemain des attentats dans les médias, sans que les autorités ne puissent le confirmer depuis, ndlr]. Surtout, elle passe beaucoup de temps à étudier l’islam.

Mais où vit-elle exactement ? A sa soeur adoptive, elle confie : “Il y a la guerre, je ne vais pas te le cacher (…) Mais là où moi je suis (…) non il n’y a pas la guerre (…). Là où je suis, c’est sécurisé (…). En fait, le paysage c’est un peu comme l’Algérie. Il n’y a pas de centre commercial et tout ça (…) Ici, les maisons, elles n’ont rien à voir avec les maisons du bled. (…) Il y a des très très grandes maisons ici. (…) Ici, ils sont beaucoup plus avancés qu’au bled. Par exemple, t’as Internet chez toi ! T’as le téléphone ! T’as l’eau tous les jours !”

Plus de signe de vie depuis septembre 2015

Le dernier appel de la veuve du terroriste remonte à la fin septembre 2015. Ce jour-là, elle appelle une amie qui vit en France à l’occasion de la fête de l’Aïd. Hayat Boumeddiene lui demande de ses nouvelles et lui raconte la façon dont elle l’a fêté. “On a fait ça en groupe et, franchement, c’était trop bien. On a fait une bonne ambiance et tout ça (…)”, décrit-elle.

Puis, Hayat Boumeddiene n’a plus donné aucun signe de vie, amenant la DGSI à interrompre ses écoutes en avril 2016. Alors que devient-elle depuis ? Selon Mediapart, ses proches ont consulté des avocats pénalistes pour être conseillés sur un éventuel rapatriement en France. La DGSI, de son côté, n’exclut pas que la jeune femme revienne un jour sur le territoire national, même si aucune information n’a filtré en ce sens.

 Lci

Les commentaires sont fermés.