Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé mardi aux Philippines la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi à permettre le retour dans son pays des centaines de milliers de Rohingyas réfugiés au Bangladesh.

« Le secrétaire général a souligné que des efforts accrus pour permettre un accès humanitaire, des retours volontaires et continus dans la sécurité et la dignité, ainsi qu’une vraie réconciliation entre communautés seraient essentiels », a annoncé l’ONU dans un communiqué.

Lundi soir, lors du sommet de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est, M. Guterres avait déjà évoqué le sort des Rohingyas, affirmant que le déplacement de centaines de milliers de membres de cette minorité était une « escalade préoccupante dans une tragédie prolongée », selon un communiqué de l’ONU.

La lauréate du prix Nobel de la paix birmane est sous le feu des critique pour son inaction face à la crise des Rohingyas, considérés comme une des minorités les plus persécutées du monde.

Près de 900.000 musulmans Rohingyas de Birmanie sont refugiés dans le sud du Bengladesh.

Ils y vivent dans des conditions insalubres dans des camps.

L’exode de plus de 600.000 d’entre eux depuis fin août a été qualifié par l’ONU d' »épuration ethnique ».

BBC Afrique

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here