Le chef du gouvernement a tendu le tablier à quelques jours de la fin de l’ultimatum lancé par la Cedeao pour prendre des sanctions à l’encontre des hommes politiques bissau-guinéens qui refuseraient d’appliquer l’accord de Conakry.

L’ultimatum va expirer le 16 janvier.

Umaro Sissoco Embala dirigeait le gouvernement de la Guinée-Bissau depuis novembre 2017.

Il avait été nommé en remplacement de Baciro Dja, pour tenter de sortir le pays d’une longue crise politique.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here