- Le Ministre de la Défense Steven Vandeput et une centaine de jeunes élèves en voyage mémoriel à Auschwitz Birkenau - Minister van Defensie Steven Vandeput en een 100-tal jonge leerlingen op herinneringsreis naar Auschwitz Birkenau 28/1/2016 pict. by Didier Lebrun © Photo News

Un chapitre méconnu de l’histoire de l’après-guerre: le plan d’un groupe de « vengeurs » juifs pour punir la population allemande.

Diffusé sur la chaîne britannique Channel 4 le 27 janvier dernier (voir bande-annonce ci-dessous), le documentaire « Holocaust: The Revenge Plot » (« Holocauste: la vengeance avortée ») révèle le plan d’une milice pour venger les crimes nazis et les six millions de victimes juives de la « solution finale ».

Empoisonner l’eau courante
Sous l’impulsion du rescapé juif lituanien Abba Kovner, ces « résistants » avaient l’intention d’empoisonner l’eau courante à l’arsenic dans plusieurs grandes villes allemandes, dont Hambourg, Nuremberg, Francfort et Munich. Une revanche si extrême que même les membres les plus radicaux des Brigades juives, à la recherche des criminels nazis, refusèrent d’y prendre part. Le leader, 23 ans, dont la mère avait été exécutée par les nazis lors du massacre de Ponary, a détaillé sa stratégie lors d’un entretien enregistré en 1985 alors qu’il était atteint d’un cancer en phase terminale. Un second plan prévoyait de tuer 50.000 soldats SS détenus dans des camps de prisonniers sous contrôle américain.

Complicités présidentielles
Selon les témoignages d’Abba Kovner et des survivants, le futur premier président d’Israël (1949-1952) Chaim Weizmann aurait cautionné l’opération. Le futur quatrième président (1973-1978) de l’État hébreu Ephraïm Katzir aurait même participé à la préparation du poison, selon les dires rapportés de son propre frère qui l’aurait assisté dans cette démarche.

Double échec
Le premier plan, un massacre de masse qui ne prévoyait aucune distinction entre les enfants, les civils, l’armée et les autorités, a échoué suite à l’arrestation d’Abba Kovner. Quant à l’empoisonnement du pain des soldats SS, il n’aurait provoqué aucun décès mais 2.000 hospitalisations à des degrés de gravité divers. Selon l’historien Michael Bar-Hozar, le bilan réel, à savoir une centaine de morts, aurait été passé sous silence par l’armée américaine.

Derniers survivants
Le réalisateur Avi Merkado déterre ce témoignage méconnu et articule son intrigue autour. Il évoque l’organisation secrète « Nakam » (« Les Vengeurs » en hébreu) et part à la rencontre des six derniers survivants de ce groupe de justiciers. Le récit met en lumière les motivations des protagonistes, le désir de vengeance collective et sa part d’aliénation. Aujourd’hui, parmi les six survivants, certains regrettent amèrement et pointent en effet l’inconscience aveugle de leur plan. D’autres, au contraire, n’hésitent pas à admettre la déception, encore aujourd’hui, d’avoir échoué. Un regard inédit sur la Seconde Guerre mondiale.

7sur7.be

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here