Modern technology gives us many things.

France-Cameroun : Nouveau coup de colère de Hollande contre Biya

hollande biyaDans un entretien à Rfi, le chef de l’Etat Français a qualifié d’inadmissible l’emprisonnement de l’ancien-président du Comité de pilotage. Le président français est revenu hanter le quotidien de son homologue camerounais. Dans un entretien, accordé vendredi dernier à des médias hexagonaux (France 24, Radio France internationale et TV5 Monde), François Hollande a été interrogé sur le Cameroun, particulièrement sur le cas de Michel Thierry Atangana, ce Français d’origine camerounaise emprisonné depuis 16 ans à Yaoundé et qui, le 4 octobre 2012, a de nouveau écopé de 20 ans de bagne. M. Hollande a qualifié son sort d’«inadmissible». Sur un ton excédé, il a martelé : «(…) j’ai dit au président Biya que, bien sûr dans le respect de l’indépendance de la justice camerounaise, tout devait être fait pour qu’il puisse y avoir une solution qui soit apportée.»

M. Hollande faisait ainsi allusion à son tête à tête avec Paul Biya, le 30 janvier dernier à Paris, au cours duquel ce sujet, qui plombe sérieusement les relations entre les deux pays, avait été évoqué. Son interlocuteur, un tantinet embarrassé et qui fut reçu – pour dire le moins – de façon peu diplomatique, avait été questionné sur le perron de l’Elysée, confirmant ainsi le malaise. «Le problème de Michel Thierry Atangana, que j’ai connu dans des dossiers, je ne le connais pas personnellement, donc il ne peut pas être un ennemi politique, c’est un homme qui a été condamné par les tribunaux pour détournement de deniers, avait-il alors déclaré. Et son affaire est en instance. Il a fait appel et il a saisi également la Cour suprême. Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Notre souci c’est qu’il y ait le maximum de gens libres, mais je ne veux pas contrarier les décisions de justice.»Las. Plus de 5 mois après avoir fait naître cet espoir de libération, Paul Biya, son gouvernement et sa justice ne semblent pas avoir fait le nécessaire. Du côté des pouvoirs publics, de certains élus et autres sympathisants français, les péripéties judiciaires de l’ex-président du Comité de pilotage et de suivi des travaux des axes routiers Yaoundé Kribi et Ayos Bertoua (Copisur) ne laissent aucun doute quant à la mauvaise volonté manifeste du pouvoir de Yaoundé.

Mbarga Nguelé

Avant la sentence du 4 octobre 2012, «l’affaire Atangana» s’était muée en grotesque rodéo au tribunal de grande instance du Mfoundi, avec son lot de rabattements et de prorogations du délibéré, avec à la clé une scandaleuse amputation de la collégialité de deux de ses vice-présidents et leur remplacement par deux nouveaux juges manifestement investis d’une mission de commando : ré ouvrir les débats pour rendre une décision de condamnation qui tombe le 04 octobre 2012 : 20 ans de prison ferme pour les faits de «détournement de deniers publics, tentative de détournement et trafic d’influence. Parmi ces chefs, le détournement de près de 1,5 milliard de concert avec l’ex-directeur général de la Caisse autonome d’amortissement (caa), Isaac Njiemoun, montant issu d’un prélèvement de la taxe spéciale sur les produits pétroliers (Tspp) et reversée injustement aux entreprises françaises que sont, entre autres, Dumez, Jean Lefebvre, France Telecom, Socamat.

Récemment, et au terme de seize années de bagne, le résultat d’une enquête ordonnée par Paul Biya et confiée à la diligence du Dgsn établissait que les fonds prélevés sur la Tspp étaient prévus par la convention passée entre l’Etat du Cameroun et le consortium des entreprises françaises. Martin Mbarga Nguele redoute aujourd’hui que les entreprises françaises assignent l’Etat du Cameroun en réparation du préjudice subi par elles, lequel est estimé à 278 milliards Fcfa. Aussitôt la nouvelle sentence du Tgi du Mfoundi connue le 04 octobre dernier, les avocats de M.Atangana s’étaient empressés de se pourvoir en cassation devant la Cour suprême, siégeant en sa Chambre spécialisée dans le cadre du Tribunal criminel spécial (Tcs). Celle-ci avait jusqu’au 4 avril dernier pour enrôler le dossier. Rien n’est venu jusqu’à ce jour. En Hexagone, les gouvernants évoquent publiquement «une affaire d’Etat», qui se double du «non respect de la parole donnée» par le chef de l’Etat camerounais. (Mutations 03/06/2013)

Les commentaires sont fermés.