Modern technology gives us many things.

Fouetté pour avoir bu de l’alcool quand il avait…15 ans

Mardi un iranien a été fouetté 80 fois à Kashmar en Iran, après avoir bu de l’alcool à un mariage quand il avait 15 ans

Dans le dernier cas de flagellation que nous avons recensé, un journaliste a reçu 40 coups de fouet le 5 janvier à Najafabad, dans la province d’Ispahan. Un tribunal l’avait déclaré coupable d’avoir communiqué des informations inexactes sur le nombre de motos saisies par la police dans cette ville.

En avril dernier, un homme et une femme non mariés, déclarés coupables de « relation illégitime », ont été condamnés à 100 coups de fouet chacun. Un mois plus tard, 35 jeunes femmes et hommes arrêtés dans la province de Qazvin pour avoir dansé, s’être côtoyés et avoir consommé de l’alcool pendant une fête ont été condamnés à 99 coups de fouet chacun. Les peines ont été exécutées immédiatement. En mai 2016, des peines de flagellation ont également été appliquées à un groupe de 17 mineurs qui avaient protesté contre leurs conditions de travail et leurs licenciements dans la province de l’Azerbaïdjan de l’ouest.

Des journalistes et des blogueurs ont aussi été condamnés à des peines de flagellation en raison de leur travail. En juillet, une cour d’appel a condamné le journaliste Mohammad Reza Fathi à 459 coups de fouet pour avoir « publié des mensonges » et « éveillé des craintes dans l’opinion publique » par ses écrits.

La très populaire page Facebook iranienne « Azadihayeh Yavashaki » (My Stealthy Freedom, « Ma liberté furtive »), gérée par Masih Alinejad, journaliste et militante des droits des femmes, a publié des témoignages détaillés de plusieurs femmes qui ont subi des flagellations pour avoir consommé de l’alcool et participé à des fêtes mixtes au cours desquelles la police des mœurs iranienne a fait des descentes. La page comporte également des photos de femmes de dos, sur lesquelles les graves lésions provoquées par ces flagellations sont visibles.

Les commentaires sont fermés.