Modern technology gives us many things.

Forum économique en Russie: Macron défiera-t-il Poutine?

Le président français Emmanuel Macron va-t-il honorer de sa présence le prochain Forum économique qui se tiendra en Russie en mai prochain?

Même si le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, l’a confirmé ce 28 mars, il a tout de même laissé planer quelques doutes. La question que plusieurs spécialistes se posent, c’est de savoir si le président Macron est pragmatique ou simplement incohérent?

En prenant part au forum économique de Saint Pétersbourg, le président français se montrera incohérent puisqu’il avait rejoint récemment la position antirusse dans l’affaire Skripal et semble vouloir imposer sa vision à Moscou sur la Syrie et l’Ukraine.

Publicité

« Pour l’instant, le voyage est indiqué, oui, le voyage est prévu. […] Nous voulons avoir avec Moscou un dialogue franc, un dialogue sans ambiguïté, un dialogue exigeant, et nous demandons à Moscou de respecter le droit international ».

Pour André Filler, maître de conférences à Paris 8 et à l’Institut Français de Géopolitique, si cette décision est maintenue, elle est à saluer :

«C’est une nouvelle dont on doit se réjouir. C’est tout à fait important que les liens perdurent, que les engagements diplomatiques soient maintenus des deux côtés, c’est le seul moyen de venir à bout de cette crise, donc je ne peux que féliciter la diplomatie française notamment […] et le Président Macron d’avoir maintenu ce cap.» avant de poursuivre :

«Du point de vue strictement pragmatique du côté français, négliger cette occasion de promouvoir nos contacts bilatéraux, y compris économiques, auraient été une erreur extrêmement grave et nuisible, y compris à court terme, sans parler à moyen et long terme, à la France, et à la politique annoncée et conduite jusqu’à présent par le Président Macron.»

Il est clair que la solidarité du président Macron avec ses homologues britanniques et de manière plus large, avec ses partenaires européens, pourrait empêcher fortement de bonnes relations franco-russes, spécialement sur le volet économique, ce que André Filler voit comme une erreur à ne pas commettre:

«Il ne faut pas oublier que l’agenda européen et l’agenda français ne sont pas nécessairement les mêmes. Il y a des États, au sein de l’UE, surtout dans le camp « antirusse » qui n’ont pas spécialement de lien autre que la dépendance énergétique par rapport à la Russie, tandis que la France reste l’investisseur majeur. Il est absolument crucial pour l’économie française de maintenir ce marché.»
Afrikmag

Les commentaires sont fermés.