Modern technology gives us many things.

Un expert en avalanches annonce une catastrophe « pire qu’en 1999 » dans les Alpes

Les domaines skiables les plus populaires d’Autriche, de Suisse, de France et d’Italie croulent sous un épais manteau de neige. Les jours prochains, une hausse des températures est attendue, ce qui ne fait qu’augmenter le risque d’avalanches. Mais ce sont les coulées de boue qui surviendraient ensuite qui constituent le danger le plus important. Un expert chevronné s’attend à une véritable catastrophe.

La neige, les tempêtes de vent et les températures supérieures à la moyenne peuvent, une fois réunies, conduire à des situations exceptionnelles, prévient l’Institut suisse pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF). Les scientifiques y prévoient des avalanches « gigantesques » qui descendraient jusque dans les vallées pour menacer immeubles et routes.

Le redoux, danger dans l’équation
Un temps plus doux est attendu au cours des prochains jours mais celui-ci est un facteur favorisant les avalanches. L’expert suisse Werner Munter veut avertir la population: « Un mètre de poudreuse est tombé au cours des 36 dernières heures. On peut s’attendre à vivre encore pire que lors de l’hiver des avalanches en 1999, bien plus grave même », craint-il alors que de premières avalanches remarquables ont été filmées par les touristes et radars (voir ci-contre).

Pourquoi le redoux est-il si problématique et décisif dans le processus de formation d’une avalanche? « Lorsqu’il fait plus chaud, ce que l’on annonce, la catastrophe se dessine. La neige a besoin de températures basses mais aussi de temps pour durcir et se fixer. Sans cette phase de froid, alors le risque est grand que l’ensemble de cette masse de neige fraîche commence à glisser pour aboutir à une avalanche ».

Le risque est tel que le chercheur suisse conseille vivement aux touristes de rester à l’intérieur, quitte à amputer leurs sports d’hiver cette année. « S’il se met à pleuvoir ici, alors on fera face à bien pire qu’en 1999 », faisant allusion à l’hiver où de nombreux skieurs avaient péri dans des catastrophes naturelles en série.

Depuis lors et jusqu’à aujourd’hui, le risque d’avalanches n’avait plus jamais menacé d’aussi grands pans des Alpes. Hier déjà, une foule de masses neigeuses ont déferlé sur toutes les pentes du massif montagneux, heureusement sans faire aucune victime.

Tunnel du Gothard fermé après une coulée de boue

En Suisse et en Autriche, la situation est délicate. L’alerte avalanche y était hier de niveau 5, soit le plus élevé. Certains cantons descendent au niveau d’alerte 4 aujourd’hui mais les rues et les voies sont bloquées en de nombreux endroits, empêchant les vacanciers d’évacuer. L’A2, axe autoroutier nord-sud le plus fréquenté en Suisse, a été touché par une coulée de boue hier soir. Une voiture a été emportée mais aucun blessé n’est à déplorer. L’autoroute a été fermée dans les deux sens, ainsi que le tunnel du Gothard lui aussi touché par le glissement de terrain. La réouverture n’est pas prévue avant demain.Des milliers de touristes sont donc coincés dans leur hôtel, dont 44 Belges dans le Tyrol, relate HLN. Ces derniers ont finalement pu regagner la Belgique après avoir, à l’aide de pelles, dégagé leur car enneigé. Les touristes sont aussi massivement bloqués en Autriche, notamment à Sankt Anton, Ischgl et en Suisse à Zermatt, Andermaat et Elm.

Evacuation dans les Alpes italiennes

Vu le niveau de risque dans le Sud-Tyrol, un hôtel situé dans les sommets italiens a dû être évacué. Hier après-midi, environ 80 touristes et membres du personnel de l’hôtel Langtauferer Hof à Melago dans le val Venosta ont été emmenés en hélicoptère vers une zone plus sûre, annonce l’agence Ansa. La direction de l’hôtel affirme que l’évacuation s’est déroulée dans le calme mais n’a pu fournir de plus amples détails, les lignes téléphoniques étant réservées aux appels d’urgence. Selon un site d’informations local, l’hôtel se situe précisément dans la trajectoire d’une avalanche. Mais par chance, aucun blessé ou disparu n’y a été signalé.

Ansa relate qu’une avalanche de grande envergure avait balayé la zone durant la nuit, coupant l’électricité à Melago. Selon un pompier local, le risque d’avalanche n’a plus été aussi critique depuis dix ans. Dans le nord-ouest de la province du Sud-Tyrol, l’alerte avalanche maximale a été enclenchée.

L’hélicoptère de Trump pourrait déclencher un drame

Quant à Davos, où les plus grands dirigeants mondiaux, hommes d’affaires et représentants d’ONG sont attendus dans le cadre du Forum économique mondial, elle n’est pas épargnée par les fortes neiges et leurs désagréments.

« Davos a été recouverte d’une couche de 159 cm de neige en six jours. On ne voit ça que tous les dix ans », résume le SLF. La nuit dernière, 20 à 40 cm se sont d’ailleurs encore ajoutés aux mesures antérieures.

De plus, pour des raisons écologiques, l’épandage n’est pas permis à Davos. Les têtes d’affiche du Forum économique de Davos devront donc se contenter d’un trajet en train plutôt que des traditionnelles limousines.

Et même Donald Trump, dont l’arrivée est prévue vendredi, devra s’adapter aux conditions hivernales qui frappent la région. « Davos est touchée par l’alerte avalanche de niveau 5 sur 5 et Trump ne pourra sans doute pas débarquer avec une foule de gros hélicoptères comme prévu. De tels aéronefs accentuent le déclenchement des avalanches », explique l’organisateur du Forum au Guardian.

La décision reviendra donc aux experts, conclut Marcel Innerkofler du service de prévention des avalanches du Tyrol autrichien. Aux experts, mais aussi et surtout à la météo: si le redoux annoncé a bel et bien lieu, après les avalanches viendra un autre problème de taille. La neige fondra en effet rapidement et provoquera des inondations.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.