Modern technology gives us many things.

Escroc du siècle: Bernard Madoff entre au musée

Le financier déchu Bernard Madoff, qui purge une peine de 150 ans de prison pour escroquerie, entre au musée: une petite exposition permanente d’objets personnels lui est désormais consacrée au Musée du Crime de Washington, entre mafieux et serial killers.

madoffSa batte de base-ball gravée au nom de « Bernie Madoff », une lettre où il demande pardon à son fils Andrew, une des cinq clefs passe-partout de son bureau new-yorkais sont quelques-unes d’une quinzaine de pièces exposées ayant appartenu ou relatives à un des escrocs financiers les plus célèbres du temps.

« Bernie » Madoff, 75 ans, a été condamné en 2009 pour une escroquerie qui a coûté à des milliers d’investisseurs plus de 20 milliards de dollars, sur le principe du « Système de Ponzi »: offrir des taux faramineux de retour sur investissement en payant les premiers venus avec l’argent des derniers.

Le « public pense violence quand on parle de crime, mais beaucoup ne sont pas violents. Le musée doit s’intéresser à tous », a indiqué à l’AFP Janine Vaccarello, directrice du musée, précisant que les objets ont été donnés par le fils Madoff, le liquidateur Irving Picard ou des victimes.  La vitrine de Bernard Madoff se trouve à côté d’un mur consacré à Frank Abagnale, un escroc rendu célèbre par le film « Arrête-moi si tu peux » avec Leonardo DiCaprio, mais Bernard Madoff, « c’est le pire des pires, avec des milliers de victimes dans de nombreux pays », ajoute Mme Vaccarello.

 

Les commentaires sont fermés.