Modern technology gives us many things.

Épidémie de gale dans un camp de migrants à Paris : “La situation est préoccupante”

Malgré les efforts des associations et de Médecins sans frontières, la gale persiste dans un camp de migrants de la Chapelle, un quartier du 18ème arrondissement de Paris. Doit-on craindre une propagation ? Eléments de réponse avec le Dr Mondane Berthault, qui réalise des consultations dans une clinique mobile.

Loin d’avoir disparu de l’Hexagone, la gale sévit régulièrement par “petites épidémies” dans les maisons de retraite, les services hospitaliers ou les écoles. Cette maladie très contagieuse se soigne mais dans un camp de migrants de la Chapelle, à Paris, elle semble impossible à éradiquer. Depuis décembre 2016, le médecin généraliste Mondane Berthault, qui travaille pour Médecins sans Frontières, a traité 134 personnes dans sa clinique mobile installée un jour par semaine dans le quartier. Une situation qui l’inquiète.

Pour les riverains, il n’y a pas de risque direct”Dr Mondane Berthault

La gale est une infection de la peau due à un petit parasite, le sarcapote, qui lorsqu’il pénètre l’épiderme provoque des démangeaisons. Très contagieuse, la maladie est connue pour se répandre facilement. Alors, faut-il craindre l’épidémie qui perdure depuis des mois dans le 18ème arrondissement ? “La situation est préoccupante pour les centaines de migrants qui dorment dans la rue et vivent dans des conditions déplorables, explique à LCI le Dr Berthault. Pour les riverains, il n’y a pas de risque direct car il faut des contacts rapprochés avec une personne infectée pour être touché à son tour.”

De plus, la gale se soigne aujourd’hui très bien, grâce à un traitement local ou des médicaments. “Lorsque nous diagnostiquons un cas, nous donnons au patient deux comprimés à prendre par voie orale et des sprays pour éliminer le parasite des vêtements”, précise le médecin. Mais quand les points d’eau pour laver le linge manquent et que les tentes sont collées les unes aux autres, le parasite qui peut survivre quelques jours dans les tissus a le temps de se répandre.

Lci

Les commentaires sont fermés.