Modern technology gives us many things.

Elections européennes: la France change les règles du scrutin de 2019

Du changement en vue pour les prochaines élections européennes de mai 2019. La France se prépare à revenir aux listes nationales, comme c’était le cas jusqu’en 2004. Il n’y aura qu’une seule circonscription au lieu de 8. En clair, chaque parti présentera une seule liste de candidats pour tout le territoire français. mardi, l’Assemblée nationale doit voter le projet et s’il est validé, la France rejoindra alors les 23 pays de l’Union européenne qui ont déjà adopté ce mode de scrutin.

Si le gouvernement entend changer les règles du scrutin, c’est officiellement pour lutter contre l’abstention massive. Aux dernières élections européennes de 2014, seuls 4 électeurs sur 10 sont allés voter. Avec le retour à une liste nationale, la majorité veut ramener les Français aux urnes. Le député des Français de l’étranger, Pieyre-Alexandre Anglade, est le « monsieur Europe » de La République en Marche. Il nous explique pourquoi il défend cette réforme : « Cela va obliger les partis politiques à avoir une ligne claire sur l’Europe et à avoir un vrai débat européen lisible pour les Françaises et les Français, progrès contre progrès. Ce qui a manqué beaucoup dans notre pays parce qu’on a souvent débattu au moment des élections européennes sur des enjeux purement nationaux, et trop peu souvent européens ».

Pour la droite, Emmanuel Macron a au contraire des arrière-pensées politiciennes. Le député européen Les Républicains (LR) Geoffroy Didier explique qu’il y a « une volonté de la part d’Emmanuel Macron de se doter, à l’Assemblée nationale comme au Parlement européen, d’élus hors sol et sans attache, et qui lui doivent donc tout, avec lesquels il organise une parfaite docilité ». Geoffroy Didier y voit aussi la volonté d’Emmanuel Macron d’aider son parti qui manque d’ancrage local.

C’est l’argument principal des Républicains. La République en Marche est un jeune parti avec moins de deux ans d’existence. Du coup, il a besoin de faire des élections européennes un scrutin national avec Emmanuel Macron en tête d’affiche. Réponse du marcheur Pieyre-Alexandre Anglade : « Ce raccourci est pour le coup très raccourci. En réalité, si nous voulions faire des listes aux élections européennes dans chacune des régions, nous n’aurions pas de difficultés pour le faire. Non, nous nous revenons à une liste nationale parce qu’on estime que c’est les meilleures conditions pour politiser le débat autour de l’Europe ».

FN et LFI soutiennent le projet du gouvernement

Si Les Républicains ont préparé leur attaque, ils sont isolés dans l’Hémicycle. Les autres partis soutiennent le projet du gouvernement. La France insoumise (LFI) comme le Front national (FN). Une liste nationale leur permettra d’économiser en moyens humains et financiers. Les petites formations comptent aussi en profiter. Guillaume Balas est député européen. Il a quitté le Parti socialiste pour rejoindre le mouvement de Benoît Hamon : « Il est certain qu’en tout cas, cela permet d’avoir un vrai débat politique sur le fond et pas simplement de préparer des municipales ou des régionales, comme le font les vieux partis dans ce pays. Donc c’est vrai que ça peut donner une visibilité supplémentaire au débat européen ».

La stratégie européenne d’Emmanuel Macron ne s’arrête pas avec ce projet. Le président compte reproduire à Strasbourg et Bruxelles ce qu’il a fait au Palais Bourbon à Paris. Reproduire la recomposition politique, dépasser les vieux clivages. Mais l’objectif est ambitieux. Le souffle de la présidentielle est retombé, on l’a vu lors des derniers scrutins locaux. Pour ramener les électeurs, l’Elysée rêve d’une liste qui irait de l’écologiste Daniel Cohn-Bendit au maire Les Républicains de Bordeaux, Alain Juppé.

En tout cas, l’état des lieux est le même aux yeux du député En Marche Pieyre-Alexandre Anglade : « Le constat, qui avait été celui que nous avions posé en 2016 sur l’état de la vie politique française, peut quelque part aussi se calquer à la situation politique en Europe. Les groupes politiques sont extrêmement divisés. Vous n’avez plus de majorité très claire au Parlement européen. Donc nous, nous voulons apporter une réponse politique avec les progressistes, avec les réformateurs, avec celles et ceux qui veulent une Europe refondée pour 2019. Et donc, ce sera notre ambition ».

Si le retour aux listes nationales semble acquis, Emmanuel Macron a déjà subi un revers : le Parlement européen a rejeté son idée de mettre en place des listes transnationales sur les postes de députés laissés par les Britanniques. Le projet n’est pas abandonné assure l’Elysée.

Rfi

Les commentaires sont fermés.