Muslim worshippers, who refuse to enter due to new security measures including metal detectors and cameras, pray as Israeli border policemen stand outside the Lion's Gate, a main entrance to Al-Aqsa mosque compound, in Jerusalem's Old City, on July 16, 2017, after security forces reopened the ultra-sensitive site. Israel took the highly unusual decision to close the Al-Aqsa mosque compound for Friday prayers, leading to anger from Muslims and Jordan, the holy site's custodian. It remained closed on July 15, while parts of Jerusalem's Old City were also under lockdown. / AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA

Deux mosquées ont été la cible d’attaques lundi dans la localité de Mughar dans le nord d’Israël, où des renforts de la police ont été déployés après une vive tension entre habitants, selon la police.

L’un des deux policiers israéliens tués vendredi à Jérusalem dans un attentat à l’arme à feu par trois Arabes israéliens, vivait à Mughar, ont indiqué les médias. Il était de confession druze.

Depuis l’attentat de Jérusalem, dont les auteurs ont été abattus, les tensions sont fortes entre druzes et musulmans qui cohabitent à Mughar et la police s’inquiète d’une possible escalade.

Pas de victime ni de dégât à déplorer
Les deux mosquées ont été attaquées avant l’aube sans faire ni victime ni dégât: l’une a été la cible d’une grenade assourdissante et la seconde de tirs, a indiqué une porte-parole de la police.

La minorité druze, branche hétérodoxe de l’islam, est l’une des rares communautés arabes israéliennes à être obligée de servir dans l’armée israélienne et la police compte de nombreux druzes dans ses rangs.

7sur7.be

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here