Modern technology gives us many things.

“Deux mâles blancs”: la formule utilisée par Macron n’a pas plu à tout le monde

Ce mardi 22 mai, Emmanuel Macron dévoilait ses mesures pour améliorer la situation dans les banlieues. Durant son allocution, le chef de l’Etat français a expliqué qu’il ne présenterait pas de plan-cadre pour les quartiers en difficultés, enterrant sans le nommer un rapport remis par Jean-Louis Borloo sur l’avenir des 1.300 quartiers prioritaires en métropole. Devant 600 acteurs de terrain réunis à l’Elysée, le président de la République a appelé à “changer de méthode”.

“Ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs (ndlr. parlant de lui et Borloo) ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport”, a lancé le président français.

Une formule qui a particulièrement indigné plusieurs ténors de l’opposition, en particulier chez Les Républicains et au Front National. En parlant de “mâles blancs”, certains députés lui ont reproché d’utiliser une rhétorique communautariste, voire un “argument racial”, selon Marine Le Pen.

“Je trouve extrêmement choquant que Macron évoque un argument racial digne des ‘Indigènes de la République’, en délégitimant toute solution pour les banlieues qui émanerait de “mâles blancs”. C’est la consécration du communautarisme au sommet de l’Etat”, s’est indignée la présidente du FN.

“Reprendre la réthorique des associations communautaristes n’augure rien de bon. Faut-il être “racisé.e.” pour parler de banlieues? Très dangereuse vision communautariste du président Macron”, a renchéri Lydia Guirous, porte-parole des Républicains.

Le frontiste Jean Messiha n’y est pas allé avec le dos de la cuillère non plus. “M. le président, vos propos haineux et racistes sont abjects. Honte à vous! Ce n’est pas avec ces mots que vous ferez aimer la France. Vous insultez la mémoire d’Arnaud Beltrame, mâle blanc lui aussi. Vous êtes indigne de représenter la France!”, a-t-il fustigé.

“Une politique d’émancipation”

Au-delà de la controverse autour de cette expression, le successeur de François Hollande a énuméré une série de mesures (rénovation urbaine, appel aux entreprises, stages pour les élèves, places dans les crèches) non chiffrées, visant à “construire une politique d’émancipation et de dignité”.

“Les gens qui vivent dans ces quartiers, ce sont des acteurs de ces sujets. Ils ont envie de faire, ils ont une bonne partie des solutions, qui ne sont parfois pas reconnues. (…) Ces personnes ont besoin qu’on leur donne un statut, qu’on les porte, qu’on les aide à réussir. C’est ça la République”.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.