Modern technology gives us many things.

Crise Niger-Libye : le calme après la tempête diplomatique

niger président 5Niamey réaffirme sa volonté de coopérer avec Tripoli après la polémique sur le double attentat à Agadez       

Le Niger a réitéré mardi son attachement aux « liens solides » qui marquent sa coopération avec la Libye, évoquant une « polémique » entre les autorités des deux pays, suite au double attentat perpétré le 23 mai dernier contre une caserne militaire à Agadez et une usine de l’entreprise française Areva à Arlit.


Au lendemain de cette attaque qui a tué une vingtaine de personnes, le président nigérien Mahamadou Issoufou (photo), a affirmé que les assaillants venaient du sud de la Libye où l’assaut contre le Tchad est également planifié.

Ces propos ont aussitôt provoqué la réaction des autorités libyennes dont le Premier ministre, Ali Zeidane, qui a démenti ces affirmations, arguant ne pas recevoir de « leçon » de la part d’un pays qui a accordé l’asile à Sadi Kadhafi, un des fils de Mouammar Kadhafi.

« (…) lorsque les autorités du Niger, parlant des attentats du 23 mai, affirment que leurs auteurs viennent du territoire libyen elles n’entendent nullement insinuer que les autorités libyennes y ont une part quelconque de responsabilité » a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié mardi.

Niamey rappelle que « les autorités nigériennes savent que la Libye est dans un processus révolutionnaire en voie de stabilisation et que pour cette raison l’Etat n’a pas encore pu réaliser la plénitude de son contrôle sur l’ensemble de son vaste territoire ».

Il s’agit, indique le communiqué, d’un appel à l’aide de la part du Niger pour aider « un pays frère à faire face à une situation qui constitue une menace réelle pour sa propre stabilité présente et future ainsi que celle de ses voisins ».

Niamey et Tripoli entretiennent des liens fraternels de coopération depuis le régime de Kadhafi et cette coopération s’est également réchauffée lors de la visite récente du Premier ministre libyen au Niger, un des tous premiers pays à reconnaitre le Conseil national de transition (CNT).

Les commentaires sont fermés.