Modern technology gives us many things.

Crimes Rituels au Gabon : Un ancien ministre de la République entendu par la justice

crime rituel 1Après l’audition par la justice plusieurs jours avant du ministre délégué de la Fonction publique, Raphaël Ngazouzé, le tour est revenu jeudi dernier à Sylvain Momouandjambo, d’être entendu par la justice pour une affaire de crimes rituels.

Lors de l’audition du ministre délégué de la Fonction publique, Raphaël Ngazouzé, pour une affaire de crimes rituels à Ndjolé, ils étaient nombreux à insinuer que cela n’était qu’une simple plaisanterie de mauvais goût.

Mais le contraire semble se dessiner à mesure que les jours passent. En effet, la justice gabonaise jusque-là pointée du doigt par la population qui l’a toujours taxé de laxiste car n’ayant pas toujours donné de suite aux affaires des crimes rituels, voudrait désormais laver son image et prouver aux yeux de tous qu’elle entendait dorénavant jouer pleinement son rôle.

C’est à la suite de ce constat et des instructions données depuis la marche pacifique du 11 mai dernier qu’elle procède à multiples auditions de personnalités citées dans ces affaires louches.

Le dernier cas en date concerne l’ancien ministre sous l’ère Omar Bongo Ondimba, Sylvain Momouandjambo, et sénateur de Booué qui a été entendu jeudi dernier au palais de justice par le président de la Cour criminelle, du procureur de la République et de plusieurs juges.

Il s’est agi pour les hommes de loi d’écouter ce dernier, car ayant été cité dans une affaire de crimes rituels perpétrée dernièrement par un sujet d’origine congolaise qui serait actuellement dans les geôles de la prison centrale de Libreville.

D’autres personnalités politiques comme l’ancien ministre Charles Mba, a préféré lui-même se rendre devant le juge après avoir été cité dans une affaire de crime à Oyem au Nord du Gabon et proposé à la suite de son audition la levé de son immunité parlementaire pour nécessité d’enquête.

Ce dossier ouvert sur instruction du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba qui a personnellement sonné la fin de l’impunité pour ces actes avait appelé au terme de la marche les deux chambres du parlement à une révision profonde du code pénal gabonais aux fins d’intégrer ce problème qui fait désormais du Gabon le 5e pays au monde où les gens ne se sentent pas en sécurité sur 134 Etats examinés selon le dernier rapport de l’agence internationale de sondages Gallup.

De quoi faire réfléchir et de booster les pouvoirs publics à œuvrer pour le retour de la sécurité au sein des quartiers, villes et villages du pays.

Malgré cela, une question brûle les lèvres des gabonais celle de savoir si la justice ira réellement au bout de son initiative et si les vrais coupables seront enfin condamnés ?

 

Les commentaires sont fermés.