Modern technology gives us many things.

Cameroun : Paul Biya signe un accord de partenariat économique (APE) régional avec l’UE

cameroun paul biya 1Le Cameroun a opté pour la signature d’un accord de partenariat économique (APE) régional équilibré avec l’Union européenne (UE), selon la présidente du comité national de coordination et de suivi de ce concept d’échanges, Chantal Elombat. (Photo : Paul Biya, Président du Cameroun)

S’exprimant voici quelques jours à Douala, la métropole économique du pays, à l’occasion d’une table ronde organisée par le Groupement interpatronal (GICAM), elle a indiqué que cette décision a été prise par le gouvernement au terme de trois réunions interministérielles.

Le Cameroun a signé accord d’étape avec l’UE le 15 janvier 2009, s’engageant ainsi à libéraliser 80% des importations progressives sur une période de 15 ans avec en retour l’élimination des tarifs à l’importation au bénéficie des entreprises en termes de réduction de coûts des investissements.

Mais plusieurs points restent en suspens à ce jour, car ledit accord comporte selon le gouvernement des clauses de rendez-vous sur des questions non encore négociées.

Les raisons de sa non-ratification, a expliqué Mme Elombat, se rapportent à la menace qu’il représente pour l’intégration régionale et à son caractère incomplet, qui ne garantit pas un bénéfice mutuel pour toutes les parties.

De plus, a-t-elle poursuivi, l’accord intérimaire signé par le Cameroun «reste bancal, car reposant sur un seul pied : le commerce des marchandises alors que le volet développement reste absent».

Elle a décrit une situation de balance extérieure structurellement déficitaire, les échanges avec l’UE présentant un solde positif en faveur du Cameroun.

A l’échelle de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), Chantal Elombat a pointé deux principaux points de désaccord avec l’UE : le degré et le rythme d’ouverture des économies de la sous-région, mais aussi l’absence de mesures d’accompagnement en termes de renforcement des capacités, de mise à niveau des économies, de méthodologie d’évaluation de l’impact fiscal net et de financement desdites mesures.

Face à cette situation, a-t-elle martelé, le gouvernement a décidé de rester solidaire des autres Etats de la CEMAC pour souhaiter un APE complet, viable, juste, équilibré et mutuellement bénéfique pour toutes les parties, l’option fondamentale consistant à poursuivre les négociations au niveau régional afin d’aboutir à un accord complet, susceptible de «préserver les acquis de l’intégration régionale».

Les négociations de l’APE entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), débutées en 2003, ont pour principal enjeu l’introduction de la réciprocité asymétrique dans les relations commerciales entre les parties.

 

Les commentaires sont fermés.