Modern technology gives us many things.

Cameroun-Centrafrique: François Bozizé, une vraie bombe à retardement

bozizé 1La présence de Bozizé au Cameroun depuis un mois et deux semaines est une situation qui ne plaide ni pour la stabilité du Cameroun, ni pour la stabilité du Tchad et de la Rca. Ceci à cause des multiples tensions qui peuvent éclater à tout moment. Le nouveau pouvoir à Bangui ne peut pas regarder d’un bon œil le fait que François Bozizé soit longuement hébergé au Cameroun alors qu’il s’y était rend dans l’attente de trouver un pays d’accueil. M. Bozizé, qui avaient bénéficié en mars 2003 du soutien des mercenaires soudano-tchadiens mis à sa disposition par Idriss Déby pour renverser Ange Felix Patassé, a appris à ses dépens que ces mercenaires pouvaient aussi être utilisés pour le chasser du pouvoir dix ans plus tard; non sans avoir pillé, violé et massacré les Centrafricains.

Contrairement aux usages qui veulent que le silence soit la règle d’or dans la situation où il se trouve, François Bozizé ne s’est pas gêné pour accorder des interviews dans des médias écrits et audiovisuels, défendant à tue-tête sa cause perdue …! François Bozizé, qui avait renversé le président élu Ange Felix Patassé, avait l’air pitoyable quand il exigeait en vain d’être rétabli dans ses fonctions de président élu ! Pour contrer François Bozizé à distance au cas où il aurait un agenda caché au Cameroun – qui lui a accordé une hospitalité spéciale par rapport à ses prédécesseurs -, Bangui a déclenché une procédure. Le ministre centrafricain de la Justice Arsène Sendé a récemment déclaré avoir « donné des instructions au procureur général près la Cour d’appel de Bangui, parce que des crimes et autres graves violations des droits humains ont été commis, et continuent de l’être, par l’ex-président François Bozizé, les éléments de sa garde rapprochée et certains de ses proches », a déclaré Arsène Sendé.

Plainte contre Bozizé et sa garde rapprochée

Pour justifier cette procédure, le ministre centrafricain de la Justice avait évoqué « des assassinats, des arrestations, séquestrations, détentions arbitraires et tortures, des destructions et incendies des maisons d’habitation, des enlèvements, exécutions sommaires et extrajudiciaires, l’incitation à la haine et au génocide, les crimes économiques, et des actes de nature à compromettre la paix civile ». Porte-parole du président déchu, Lévy Yakété a indiqué que « Le président Bozizé est serein, il considère cette plainte comme un non-événement ». La garde rapprochée de François Bozizé, dirigée par Eugène Ngaïkosset, est aussi accusée d’avoir commis 119 assassinats. Selon le ministre centrafricain de la Justice, la garde rapprochée de l’ancien président centrafricain a également été accusée d’avoir tué une dizaine de personnes pour leur appartenance supposée à la Séléka le 23 mars dernier.

Arsène Sendé accuse par ailleurs la garde rapprochée de François Bozizé de la mort du colonel Charles Massi. Chef de la convention des patriotes pour la justice et la paix, Charles Massi avait été «arrêté en début 2010 au Tchad et remis aux autorités centrafricaines, puis exécuté par la garde rapprochée du président Bozizé », a affirmé le ministre centrafricain de la Justice. Le nouveau président centrafricain Michel Djotodia avait déjà accusé les partisans de François Bozizé de vouloir la guerre civile dans le pays et d’avoir tué des éléments de l’ex-rébellion Séléka. Depuis le coup d’Etat du 24 mars dernier, la séléka est incapable de rétablir l’ordre et la sécurité à Bangui et dans d’autres localités. Il y a encore des pillages, des exactions, des exécutions sommaires des Centrafricains et des Camerounais dont le jeune camionneur qui s’était accidentellement retrouvé sur le chemin de soldats du régime de Michel Djotodia. (La Nouvelle Expression 30/05/2013)

Les commentaires sont fermés.