Modern technology gives us many things.

Burkina Faso : ouverture du procès du putsch de 2015

Le procès du coup d’État manqué de septembre 2015 au Burkina Faso s’est ouvert mardi à 9 heures GMT, à Ouagadougou, la capitale.

Les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé et leurs 83 coaccusés doivent répondre du délit d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, blessures volontaires et destruction de biens.

Les généraux Diendéré et Bassolé sont considérés comme les cerveaux présumés du coup.

Le général Djibril Bassolé sera jugé pour "trahison" en raison d'une conversation téléphonique compromettante qu'il a eue avec Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne.Copyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLe général Djibril Bassolé sera jugé pour « trahison » en raison d’une conversation téléphonique compromettante qu’il a eue avec Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

L’affaire sera jugée par la Chambre de jugement du tribunal militaire, délocalisée pour la circonstance à la salle des banquets de Ouaga 2000, un quartier huppé situé dans le sud de Ouagadougou.

Les accusés risquent tous de « lourdes peines » au terme de ce procès censé durer plusieurs mois, selon des sources judiciaires.

Des Burkinabè réclament justice pour les victimes des violences consécutives au putsch de 2015.
Image captionDes Burkinabè réclament justice pour les victimes des violences consécutives au putsch de 2015.

Le 16 septembre 2015, des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avaient tenté de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute du président Blaise Compaoré.

Le RSP assurait la sécurité de M. Compaoré, qui a été écarté du pouvoir le 31 octobre 2014 par un soulèvement populaire, après 27 ans de règne.

Des services de la justice militaire sont installés dans un quartier huppé de Ouagadougou pour la tenue du procès.
Image captionDes services de la justice militaire sont installés dans un quartier huppé de Ouagadougou pour la tenue du procès.

Djibrill Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, est poursuivi pour « trahison » sur la base de l’enregistrement d’une conversation téléphonique qu’il aurait eue avec le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro.

Dans la conversation, M. Soro semble affirmer son soutien au putsch de septembre 2015.

Quatorze personnes ont été tuées et environ 200 autres blessées dans des violences consécutives au putsch manqué.

BBC Afrique

Les commentaires sont fermés.